26/07/2013

Loup

 

479815_10200156424446895_1987267938_n.jpg

Si, comme Plaute l'écrivait déjà 195 ans avant JC, l'homme est un loup pour l'homme, apparemment, et contrairement à son apparence, le requin est un agneau pour les requins. Pas toujours pour l'homme, certes, mais certainement sans commune mesure avec la folie meurtrière de ce dernier à l'égard de ses congénères, par ailleurs génétiquement cons pour la plupart.

11:13 | Commentaires (0) |

25/07/2013

CCR

Du fait que parce que because l'homme est en vacance et qu'en conséquence il ne se passe rien, ou, s'il se passe quelque chose, c'est pas des masses, d'une part, et d'autre part, s'il en croit les stats de son blog à la con, qu'on se bouscule pas vraiment au portillon, niveau clics, il va se la jouer facile et fourguer vite fait un bazar audio, question de vous rincer un rien les trompes d'Eustache, à l'heure qu'il est probablement ensablées jusqu'aux tympans par les sables de l'une ou l'autre plage à la noix. 

Alors, petite esplication avant de cliquer sur le bouton play du machin ici en-dessous. Car ça n'arrive pas souvent, mais sur ce coup y a pas photo : la version de "I heard it through the Grapevine" du Credence Clearwater Revival est tout de même nettement supérieure à celle de Marvin Gaye, niveau puissance, niveau rythme, niveau virtuosité musicale. Surtout la guitare de John (ou est-ce celle de Tom, sais plus...) Fogherty et la batterie de Doug Clifford sont grandioses... Et c'est parti pour dix minutes de pur bonheur... 

 

21:27 | Commentaires (0) |

23/07/2013

Vacances

 CALME-PLAT-SUR-VACCARES-a25964964.jpg

La journée, Jade reste à la terrasse et l'homme à l'intérieur, car il ne supporte pas la chaleur. Le soir, Jade reste à l'intérieur et l'homme à la terrasse, car il ne supporte pas la télé. Ils mangent ensemble, se croisent sous la douche. La vie est simple. Les jours, paisibles.

22:39 | Commentaires (2) |

22/07/2013

Particules

 particules-elementaires-10.jpg

Quand on aime on ne compte pas et donc, après "Extension du domaine de la lutte", après "La Carte et le Territoire", après "La possibilité d'une île", l'homme a attaqué "Les particules élémentaires" de Michel Houellebecq. Ou, comme disent certains, "Les testicules alimentaires". Because, c'est vrai, plus commercialement sexuel que ça, t'es mort. Même si c'est enrobé de plein de belles théories historiques, sociologiques, anthropologiques et biologiques, une histoire de burnes reste toujours une histoire de burnes, point barre. Et dans le bouquin, de la fesse y en a, hein. En tous genres, de toutes les couleurs et pour tous les goûts. En fait, c'est tout bêtement le récit d'un mec qui passe sa vie à la recherche du plaisir. Enfin... tout bêtement... faut voir. Parce que si pendant 317 pages le héros érotique tire à tire-larigot, le tirage du bouquin n'est pas resté en reste non plus, hein. Ce qui est normal vu que tout ce qui offusque, choque, scandalise fait toujours un tabac. Mais ici, le père Michel a introduit une subtilité, en ce sens que le personnage du roman, à un moment donné, trouve qu'il a... un petit zizi. Aaah, génial ça ! Du coup tous les hommes se reconnaissent et toutes les nanas reconnaissent leurs hommes. Et donc, bingo, par ici les exemplaires et par là, la caisse. Ou toute la différence entre un écrivain qui vend et un vendeur qui écrit.

Ceci dit, et blague à part, Houellebecq écrit tout de même vachement bien. Même si certains trouvent qu'il n'a pas de style, ben, on peut tout aussi bien considérer que cette prétendue absence de style est, en fait, un style en soi. De toute façon, style ou pas, rien que la composition de ses romans vaut déjà le détour. Sans parler de l'érudition phénoménale de ce mec. Non non, l'homme recommande vivement.   

10:21 | Commentaires (0) |

19/07/2013

Rosé

Mes cigarettes, t'as oublié mes cigarettes, dit Jade sur le ton maman gronde bébé. C'était hier soir, l'homme est attablé derrière son laptop et Jade rapplique du boulot. Ben ouais, il a oublié ses sèches. Et alors ? N'en a rien à cirer de ses sèches, d'autant qu'en plus, il ne fume pas, lui. Avant de rentrer il s'est tapé le Delhaize, a rempli le frigo de Coca zéro, d'eau, de bière, de Schweppes agrumes, de salade de moules, de salade de poisson, de brochettes de dindes marinées, d'oeufs, de petits pots de riz au lait, de jambon braisé et plein d'autres trucs et oui, c'est vrai, il oublié les sèches de Jade. Je te l'avais encore spécialement demandé, n'oublie pas de me ramener des cigarettes, t'as oublié ? Ouaiiis ça va, j'ai oublié, vais aller te les chercher, tes sèches, d'accord ?   

Dans la rue, l'homme a cette impression qu'il est là pour tout le monde, qu'il court après tout le monde, qu'il fait tout pour tout le monde, ses fils, Jade, les barjots du boulot, mais que personne n'est là pour lui, ne court après lui, ne fait quoi que ce soit pour lui. Très désagréable, ce sentiment, qu'il ne connaît que trop bien. Et qui, en général, font qu'il se retire dans ses plaines intérieures, dans ses silences, derrière ses murs d'enceinte. Et comme si ça ne suffisait pas il a aussi mal aux genoux, aux ménisques, aux rotules, aux ligaments, au cou, aux omoplates, aux cervicales et aux os en général, qui fait qu'il se sent tout à coup tout vieux, et il est mal dans sa tête où y a comme un cocktail qui clapote mollement, un tiers de putain quelle vie, un tiers d'à quoi bon, un tiers de qu'est-ce que je fous ici et un zeste d'après moi les mouches, qui fait qu'il se sent tout à coup tout dépri. Mais là aussi, le monde s'en fout.

Heureusement, heureusement, il a également ramené du Bordeaux rosé (Bordeaux Clairet, Château Parenchère, 6,49 € au Delhaize. Et qu'est-ce qu'on dit ? Merci l'homme pour le product placement. Ah bon.). Ce qui lui rappelle sans crier gare la chanson du même nom de Clo-Clo. Qui date de 1978. L'année de son second mariage, à l'homme. Fou ça, hein. D'accord, la vidéo est tout à fait tarte. Mais c'est la nostalgie. Une nostalgie tout à fait tarte aussi d'ailleurs. 

Allez, Bordeaux rosé, take us away...

11:21 | Commentaires (1) |

17/07/2013

Norbert

Aaah c'est trop con... Mais perso, trouve ça... mmmooouuuaaahahaha... M'escuse...

Arthur 3.JPG

13:34 | Commentaires (0) |

15/07/2013

Papou

 

naissance.jpg

Voila-ti pas, pendant que l'homme était une fois de plus en train d'essayer de faire semblant de savoir jouer au golf, qu'aujourd'hui un de ses fistons est devenu papa. Et en conséquence, ce qui est normal vu qu'il est tout de même un mec plutôt conséquent, l'homme est devenu papou. Pour votre info : papou vient du latin papinus. Hein ? Naaan, ça veut pas dire que t'as pas de pinus, ça veut tout simplement dire grand-père. Voila ! Non mais ! Aaah ça fait tout de même quèque chose avec un homme, hein, ça. Qu'aujourd'hui y a un petit bonhomme qui commence sa vie, sans passé, sans histoire et sans histoires, avec une page miraculeusement blanche, où la première lettre du premier mot de la première ligne doit encore être écrite. Très certainement cette première lettre sera un A, en majuscule, et ce premier mot sera "Amour". Alors aujourd'hui, c'est simple : c'est champagne pour tout ce qui bouge. Mais quel défi, pour tous ceux qui bougeront désormais autour de lui, que d'être les défenseurs, les gardiens et les garants de son bonheur... Allez, on fera de notre mieux, c'est promis, petit Maxime, puisque tel est ton nom.      

       

18:58 | Commentaires (2) |