15/10/2012

Hom

 

hom-slips-mini-silk-44.jpg

L'autre jour Jade et l'homme se sont payés une tite bouffe dans un resto argentin. C'est un fait que l'homme est déjà bien connu, avec l'eau de toilette Homme de Dior, le parfum L'Homme de Yves Saint Laurent, les slips Hom de chez callebard et même, dans la foulée, les aspirateurs Hom de LG (ces deux derniers n'ayant en principe rien à voir l'un avec l'autre, même si l'association, voire le rapprochement, des deux pourrait, du moins pour certains esprits aventureux, ouvrir de nouvelles perspectives...), et voila-ti pas qu'il existe aussi un cava argentin appelé "Hom". Et de l'extra brut, sil vous plaît, même si c'est pas vraiment de mise vu la nature plutôt paisible de l'homme. Mais soit. En fait c'est donc une sorte d'espèce de champagne fabriqué comme du champagne mais qu'on peut pas appeler champagne parce que pas fabriqué en Champagne et qu'on appelle dès lors, plus prosaïquement et meilleur marché aussi, cava. Les bulles en question sont par ailleurs produites dans un bled nommé Lujan de Cuyo (qui se prononce comme "couillon" mais sans le n). De là à dire que le cava (qui s'écrit comme "cave" mais avec un a) c'est pour les cuyo, il n'y a qu'un pas. Que l'homme toutefois ne franchira pas. Mais c'est lundi et, niveau jeu de mots, n'a rien trouvé de mieux, le mec... 

Hom%20ExtraBrut.jpg

 

16:19 | Commentaires (0) |

12/10/2012

Overdose

pt142818.jpg

C'est vendredi soir et vous voulez savoir comment il se sent, l'homme? Alors voila. Sait pas si c'est l'automne et la chute des feuilles, si ce sont toutes ces heures perdues sur toutes ces routes où tout est à l'arrêt, si c'est toute cette énergie flambée à dire plein de trucs que personne n'écoute, si c'est tout ce temps claqué à écrire plein de machins que personne ne lit, si c'est tout cet agenda qu'il ne contrôle plus et qui le contrôle lui, si c'est tout ce temps passé à ne pas vivre, si c'est toute cette vie passée sans avoir le temps, mais l'homme, aujourd'hui, il sature. A comme une overdose. De gens surtout. Qui sont partout. Qui sont vides. Qui font plein de bruit. Qui l'envahissent. Le pompent. L'emmerdent. Alors il lui vient des idées de rebellion, au mec. Envie de gueuler une bonne fois. Sans faire de distinction. Sans faire attention. A rien. De dire ce qu'il a à dire. De casser ce qui doit être cassé. Se défaire, une fois n'est pas coutume, de toute prudence, de toute politesse, de tout respect. Aaah, tant qu'à faire, se remettrait bien à ses Gitanes sans filtre, le gars. Comme au temps où il se foutait de sa santé. A picoler. Comme au temps où il se foutait de sa réputation. A se dégommer. Comme au temps où il se foutait de sa vie. Et aussi, se laisserait bien pousser la barbe, le mec. Et pourquoi pas une tite queue de cheval, hein, même si elle fera que trois poils, vu qu'il n'a plus de tifs. Et puis se verrait bien zoner en blouson de cuir. Se tailler pour un autre ailleurs. N'importe lequel. Mais surtout, surtout, où personne ne le connaîtrait et où il ne connaîtrait personne. Où il pourrait enfin être lui-même. Tout à fait et pour toujours.

20:10 | Commentaires (2) |

11/10/2012

Dialogue

 

engagements_Parite_bamdeau.jpg 

L'autre jour, au petit matin, l'homme a rêvé une scène, comme s'il était au cinéma. Alors voila. Un mec se trouve attablé dans l'appart d'une nana qu'il ne connaît pas et est sur le point de partir après avoir rempli avec elle l'un ou l'autre vague contrat, questionnaire ou papelard du genre, et clôture l'entretien en disant : 

- Bon... Et bien, je vais vous laisser...

- Déjà !?

- Ben, en ce qui me concerne, nous avons terminé... Y a encore quelque chose ?

- Je pensais que, peut-être, nous pourrions faire l'amour...

- Euh... mais on se connaît à peine...

- C'est vrai... mais s'il faut attendre d'aimer pour faire l'amour...

Troublant, comme dialogue imaginaire, non ? Allo Sigmund, c'est grave ?

10:36 | Commentaires (2) |

09/10/2012

Rebelle

527268_426307767417232_745069556_n.jpg

Marre de fesses-boucs ? Changez la photo de votre profil !

12:50 | Commentaires (0) |

07/10/2012

Souvenirs

 

1721722_RedacSel1_untitled6_jpg_0KVS7HYX.JPG

Aaah les souvenirs. Tout le monde a des souvenirs. Le problème c'est que ce ne sont que de petites séquences, de brefs fragments, des morceaux plus ou moins courts de situations, d'événements que nous avons vécus. Des tranches, minces, très minces, de vie. Et que de tous ces jours, ces nuits, ces semaines, ces mois - avant et après ces maigres scènes dont on se souvient - et pendant lesquels on a tout de même aussi ressenti plein de choses, connu plein d'émotions, eu plein de pensées, il ne reste rien. Tout ce vécu à jamais englouti, disparu sans laisser la moindre trace, la moindre réminiscence. A l'instar de ces temples de la Rome et de le Grèce antiques dont il ne reste de la grandeur et de la majesté que quelques pans de murs, quelques colonnes éparses, quelques mosaïques ci et là. C'est ça, l'abîme existentiel. Savoir que derrière soi c'est comme s'il n'y avait rien eu et ne pas savoir ce qu'il y a encore devant. En fait, la seule façon d'échapper à l'abîme, c'est de prendre conscience de la vie telle qu'elle se déroule en réalité, c'est à dire d'instant en instant. Sans avant et sans après. Ce n'est qu'alors qu'on se rend compte qu'en fait, le présent, en temps que tel, n'est que très rarement menaçant. Que la menace vient toujours du passé qu'on regrette ou du futur qu'on craint, pas du moment qu'on est en train de vivre réellement.

12:04 | Commentaires (0) |

05/10/2012

Double

 

samson-281.jpg

Décidément tout est double et rien n'est simple. Ainsi d'après, et même selon, trois études toutes récentes, dont les conclusions unanimes, univoques et uniformes viennent d'être publiées dans l'un ou l'autre canard scientifique des Zéta-Zuni, les hommes complètement chauves ou à la tête rasée seraient perçus par les nanas comme étant beaucoup plus virils et plus dominants que les autres. En plus, et en outre aussi d'ailleurs, ils paraissent, toujours aux yeux des gisquettes, un bon deux centimètres plus grands qu'ils ne le sont en réalité. Quoi ? Non, pas là, les deux centimètres... deux centimètres en hauteur, niveau taille quoi. Non mais... Serait pas le moment des fois de me contrôler ces hormones, hein, petites coquines va... Par contre, et c'est là le côté double de l'affaire, les filles trouvent que les mecs avec beaucoup de tifs sont plus beaux... Aaah méchant dilemme, ça, pour les nanas. Ou bien sortir comme une grande au bras d'un superbe chevelu, bien touffu, tout pileux et tout mais qui, une fois rentré à la maison, est nul au pieu, ou sortir profil bas à côté d'un moche à crâne de fesse mais qui, entre quatre murs et à coup sûr, les fait décoller, sans escale et avec ravitaillement en vol, direction septième ciel. Aaah c'est pas pour rien que Dalila, aussitôt après s'être envoyée en l'air avec Samson, lui coupe la tignasse, hein. Espère que sans tifs, ben, ce sera quand même un rien mieux, la nénette...

12:47 | Commentaires (0) |

03/10/2012

Téléturbin

 

humeur_702_sncb_greve.jpg

Comme because c'est la grève des trains et qu'il n'a pas envie de passer sa journée coincé dans sa caisse au milieu de plein d'amateurs qui autrement ne sortent leur bagnole que le weekend (et encore, s'il pleut pas), de plein de petzouilles qui autrement ne se bougent les fesses qu'en train (le mot train est dérivé de "trainer", c'est dire...) et de plein de barjots et de poules qui carpoolent, l'homme a ramené son laptop, ses dossiers, ses post-it et ses bics et bosse today at home. Aaah, le télétravail, y a rien de mieux. Pas de téléphones qui sonnent, de gars qui frappent à la porte, de mecs qui vous agrippent dans les couloirs, de nanas qui squattent la machine à café, de râleurs qui envahissent votre burlingue et autres conneries du genre. Du coup, l'homme travaille deux fois mieux, en deux fois moins de temps. A tel point qu'il a même pu aller au marché, le gars. Y a acheté un poulet rôti, une baguette artisanale, des moules sauce tartare, de la salade de crevettes grises, et attention hein, tout du matos nickel, super bon, vachement meilleur que le snack à la con où il se tape tous les jours son sandwich, panini, ciabatta ou autre truc imbouffable de la même eau. Non non, vive la SNCB. Du moins quand elle fait grève.

14:09 | Commentaires (1) |