13/09/2012

Bousculé

 

dbcfb78a5482e8.gif

Un rien bousculé, l'homme hier. D'abord réunion le matin. Discussion, débat et puis constat : on a cinq projets sur le feu qu'il faudrait coordonner, intégrer, prioriser et donc on cherche un program manager pour gérer l'affaire. Les regards se tournent vers l'homme. Tout le monde est unanime : ce serait peut-être bien que tu prennes ce truc en charge, t'es le mieux placé, t'as une vue transversale et blablabla... Résultat : encore un machin qui lui tombe dessus, en plus de tout le reste. Alors il se pose des questions, l'homme. Ou bien il est vraiment top dans ce qu'il fait (peu probable...). Ou bien il est nul mais il joue tellement bien le jeu que tout le monde croit qu'il est top (aaah ça, c'est déjà plus réaliste...). Ou bien on a pas trouvé un autre ahuri pour faire le boulot (pas impossible non plus, ça). Bref, sa barque est chargée à ras bords, va falloir faire gaffe de pas chavirer.

Ensuite, l'homme est parti en mission. Objectif : trouver rapidos une chemise blanche, taille 41-42, avec un col italien, cintrée mà non troppo (because bedon) et si possible facile à repasser. C'est que son fils, enfin un de ses fils, se marie samedi et que l'homme a découvert avec stupéfaction que ses chemises blanches avaient certe été blanches un jour mais ne l'étaient visiblement plus aujourd'hui. Et donc direction Inno. Cinq minutes pour acheter le bazar et un quart d'heure pour remplir un formulaire, question de recevoir la carte Galeria Inno Advantage, qui coûte rien et avec laquelle on a le parking gratos. Une carte tout de même importante, puisque au dos de celle-ci y a marqué texto : en cas de perte, veuillez la renvoyer chez Inno. Ce qui est tout de même bizarre. Pour renvoyer la carte en cas de perte, faut d'abord la retrouver. Et une fois qu'on l'a retrouvée ben, y a pas de raison de la renvoyer, puisqu'on l'a pas perdue. Mais soit.

Enfin, visite chez madame la docteur pour les résultats de sa prise de sang d'y a quinze jours. Dans la salle d'attente, à sa gauche un petzouille qui tousse à s'en déchirer la doublure, à sa droite un schpountz plein de boutons et de tâches rouges, en face une gisquette aux yeux larmoyants, la goutte au nez et qui éternue en longues rafales postillonnantes. C'est pas une salle d'attente, c'est un bouillon de culture ce truc. Non non, très dangereux d'aller chez le médecin, surtout quand on est en bonne santé. Et donc, les résultats des analyses du mec. Le foie, les reins, le sang, la glande tyrolienne, thyroïde et tire-au-flanc, tout est bon, mais attention hein, de toute justesse. Pas de quoi pavoiser ni faire la tournée des grands ducs. Au contraire, faudra me surveiller la bouffetance, hein, mon vieux. Manger plus de pain, de pâtes, de légumes, de fruits, de poissons (manger comme Jade, quoi... l'horreur... ) et moins de viande, de fromages, de sucreries. Et aussi boire plus de flotte et moins de pinard et blablabla. Ah oui, y a aussi une chose chez l'homme qui, elle, fonctionne super bien, où tout est super nickel, où les paramètres sont super bons, même à la limite du jamais vu, c'est sa... prostate. Aaah ben ouais, faut dire que celle-là, il la soigne aux petits oignons, hein. La fait travailler à tire-larigot, hein, le mec. Non non, tout est dans l'entraînement, c'est sûr.     

12:22 | Commentaires (0) |

10/09/2012

Solo

 

maitres-desordre-quai-branly-282x300.jpg

Quoi ? Naaan, l'homme fait pas dans le mercantilisme à cinq balles, le product placement vite fait, la pub camouflée ou un truc du genre : avec solo il cause pas margarine, il veut simplement dire qu'aujourd'hui il se farcit la soirée tout seul, le gars. Et la nuit aussi. Because Jade jusque demain en France, avec sa petite valoche pleine de présentations en Powerpoint, de budgets en Excel et de La Prairie pour son teint. Quoi ? Naaan, inutile de vous bousculer au portillon pour lui fourguer vite fait vos adresses mail, vos numéros de portables et autres pseudos à contacts : l'homme est sérieux, monogame, fidèle et tout, hein. C'est vrai, quoi. Non mais attend, pour qui on le prend là, hein !? Bon, ceci dit, la soirée est tout de même plutôt bof, hein. Plutôt genre pfff aussi. Avec personne à charrier, à taquiner, à agacer, à titiller. Personne avec qui déconner, jouer, flirter. Et tant qu'à faire, le cas z'échéant, embrasser, allumer et embraser. Aaah évidemment, vu d'un autre côté, y a des avantages aussi. Pouvoir en toute liberté - et impunité - larguer son falzar sur la première chaise venue, caler ses pompes n'importe où dans l'entrée ou taper ses chaussettes dans le canapé, c'est pas mal non plus, hein. Quand au calebard, là, je vous dit même pas où il vole, hein. Et aussi, pour une fois, échapper à tous ces programmes télé pour nanas, genre séries hostos à la guimauve, despérète housse waïves ou CS Aïe Nouille York, qui nous gavent et nous gonflent que c'est pas beau à voir, nous font râler des barres, exclamer que c'est débile, totalement nul, que si c'est comme ça, ben, on va dormir. Non non, vu comme ça, y a du bon aussi. Et à propos de bon, le steak hâché et les haricots blancs sauce tomate sont en train de chauffer in ze kitchen, alors vous laisse vite fait, hein, le gars.         

19:15 | Commentaires (2) |

08/09/2012

Esprit

 

y1pyEhWalLhrYNW4y-Wcyr-786gLJKHMU6fFgvWZYTBnFh_1GQXWwl_j1IebDcBp2B1o75X704uE9Y.jpg

En fait, les plus grands emmerdeurs, c'est pas les autres. Le plus grand emmerdeur c'est notre propre esprit. Qui nous catapulte à tout bout de champ dans un avenir pas toujours rassurant ou sans crier gare nous botte en arrière, dans un passé pas toujours rose. Ou nous condamne vite fait aux travaux forcés, alors qu'on a rien fait. Non mais c'est vrai, nous souffle tout de go qu'on doit laver la voiture et, avant qu'on s'en rende bel et bien compte, on est déjà là avec not' p'tit seau, not' p'tite éponge et not' p'tite peau de chamois à astiquer notre caisse comme si notre vie en dépendait ! C'est comme ça qu'à force de faire ci, de faire ça, de faire plein de trucs, on se retrouve en fin de journée à se gratter le crâne et se dire encore un jour de passé et me suis aperçu de rien, moi. Non di dju, j'ai roupillé ou quoi ? Mais en attendant, c'est une journée de moins. Déjà qu'on en a pas des masses. Et qu'on sait pas combien il en reste. Alors que faire? Ben, faut bien se dire qu'une pensée n'est pas un fait. Que c'est pas une réalité. Heureusement d'ailleurs. Si tous les fantasmes de l'homme devenaient réalité, ben, bonjour les dégâts, hein. Non non, les idées, les émotions, les états d'âmes, tout ça existe bien sûr, on en est bien conscient et tout, mais pas plus que ça, hein. Because ça va, ça vient... C'est comme des dauphins qui soudain surgissent à la surface de l'eau pour aussitôt disparaître sous les flots. Et donc faut surtout pas se laisser dominer. Plutôt laisser filer.

Alors pour les petzouilles et les gisquettes qui se demanderaient des fois d'où vient tout ce philosophique à cinq balles, ben, c'est simple. L'homme, ce matin, a sorti son Philips 8030 Intellicare et sa planche ProActive de même marque, et s'est tapé le repassage de ses chemises comme un chef. Alors, comme y en avait cinq, ben, a eu comme le temps de gamberger à son aise, le mec. Et si vous trouvez que tout ça c'est pas super génial, ben, n'avez qu'à repasser... mmmwwwoouuaahahaha... m'escuse, c'est le soleil...         

15:53 | Commentaires (2) |

05/09/2012

Avantage

 

avantages-et-inconvc3a9nients-rowe.jpg

L'un des rares avantages de l'âge est qu'on a déjà tout eu. Les enfants. Les bébés qui braillent, les ados qui déraillent, les tout juste adultes et leurs premières batailles. L'amour. Les nanas qu'on a aimées et qui nous ont quittées, et celles qu'on a trompées parce qu'on s'était trompé d'amour. La passion. Cette fille dont les yeux, d'un regard, nous ont enlevés, pris en otage, lié le coeur derrière le dos. L'errance. Les chambres d'hôtel l'après-midi, les maisons où on retournait après, parce qu'il le fallait bien, et où un jour on est plus retourné, parce qu'on n'en pouvait plus, les valises qu'on a faites, en sachant qu'on ne reviendrait pas, les appartements vides et les IKEA pour les remplir. Le pognon. Les comptes dans le rouge et les deux bouts qu'on ne parvient pas à nouer, les mannes célestes et les vaches maigres. Et en général, les pertes insurmontables qu'on a fini par surmonter, même si c'est jamais tout à fait, et les fracas assourdissants qui se terminent dans le silence de la solitude. Tout, qu'on a eu. Et que les autres, plus jeunes, doivent encore affronter, gérer et digérer. Alors, l'homme, ben, il ne les envie pas trop, ces autres. Est même plutôt heureux d'être arrivé là où il est, le gars. Somme toute. Et même tout compte fait. Mais attention hein, il dit pas qu'il ne peut plus rien lui arriver. Prétend pas qu'il est tiré d'affaire. Arrivé à bon port. Est peut être un rien con, mais pas à ce point là. Non non, tout peut arriver. Toujours. Jusqu'au dernier jour. Mais au moins, au prochain coup dur, il devrait avoir moins mal. Because sera vacciné. Aura assez d'anticorps. Ou d'anticoeurs, c'est comme on veut.      

13:53 | Commentaires (2) |

03/09/2012

Sex & the City

Alors sur ce coup, l'homme est fier de pouvoir vous offrir le premier épisode de Sex & the City, version mecs. C'est court, c'est bref, c'est saisissant. Et un rien affligeant aussi, tellement c'est juste. Hélas.  

14:44 | Commentaires (0) |

02/09/2012

Pierlé

Le Paris s'éveille de Jacques Dutronc revisité par An Pierlé... Non mais quel bonheur... Une splendeur... Magnifique de bout en bout et jusqu'au bout... Pas souvent que le remake dépasse l'original mais ici, y a pas photo... D'autant que la vidéo, elle aussi, est superbe... Allez, dégustez-moi ça... Et à fond les manettes. 

10:34 | Commentaires (0) |