02/02/2012

volcan

 

5526314b.jpg

Elle le tient. Depuis deux jours. Une sorte de colère. Sourde. Profonde. Contre tout et tout le monde. Sans distinction. Initiée par une accumulation de petites irritations, enflée par une multiplication de petites déconvenues, exarcerbée par une superposition de petites déceptions. En fait, plein de petites incisions, mais dont l'enchaînement s'avère aussi dévastateur qu'une pluie de coups de couteaux. Un grondement intérieur qui ne le lâche plus. Qui l'étouffe. Qui le bouffe. Qui lui fait cogner le coeur dans les jugulaires. Qui fait qu'il se sent comme un volcan doit se sentir juste avant l'éruption. Une tension incessante. Oppressante. Alors il s'emmure dans le silence. N'a envie de rien, besoin de rien. Veux juste qu'on lui foute la paix. Une paix royale. Et attend l'heure d'aller dormir. En espérant que demain, au lever, la tempête sera apaisée.    

22:29 | Commentaires (2) |