05/11/2011

Eglise

 

buda_eglise.jpg

Paraît qu'à un certain âge on se met en quête de spiritualité. Que c'est normal. Que ça fait partie d'un cycle de vie. Peut-être est-ce pour cela que, hier, l'homme a poussé le portail de l'église de son patelin. Pas que l'homme soit du genre croyant, pratiquant, communiant, confessant, pélérinant ou messe-du-dimanchant, pas du tout, mais il aime de temps à autre visiter ces lieux de culte, ne fût-ce que pour en goûter la grandeur, la profondeur et surtout le silence, tellement propice à l'apaisement et à l'introspection. En fait hier, l'homme cherchait plutôt à savoir, à découvrir, ce qui faisait que certains croient en Dieu. Pourquoi ? D'où leur venait cette foi aveugle et pourtant inconditionnelle ? Peut-être aussi pour trouver certaines réponses à certaines questions. Et donc l'homme a lentement parcouru les allées, s'est arrêté devant les tableaux et les statues, a longuement regardé le Christ crucifié, suspendu au dessus de l'autel. Peut-être espérait-il un signe. Une révélation. N'a reçu ni l'un ni l'autre. Sur le point de sortir, une table a retenu son attention. Dessus un grand livre ouvert. Sorte de registre dans lequel des gens avaient écrit plein de trucs. En voici deux exemples, que l'homme reproduit ici texto, littéralement, mot à mot :

 

"Sainte-Marie, mère de Dieu, je suis tellement en souffrance car mon mari vient d'acheter une Mercedes dans mon dos (sic) et en faisant supporter un nouvel emprunt à la famille..."

 

et

 

"Seigneur (...) aide moi à trouver un appart dans les normes à... (nom du patelin), proche de la gare...".

 

Alors l'homme est sorti de l'église. Avec en lui, une sorte de déception. Dans les dieux en général et le genre humain en particulier.

09:39 | Commentaires (15) |

04/11/2011

Bulletin

 

93107.jpg

Bon, petit bulletin de santé, question de remercier toutes ces gisquettes et potes que l'homme ne connaît pas et qui le connaissent, lui, mieux que personne*, et qui lui ont envoyé tant de petits messages et commentaires super sympas. Alors voila, c'est tout simple, y a pas drame. L'homme s'est rendu hier à l'hosto et comme sa crise était passée et qu'il n'avait plus mal au bide, ils l'ont remballé vite fait à la maison... pour le faire revenir le lendemain, c'est à dire aujourd'hui, pour une rafale de scan, radiographies et autres machins à rayons de toutes sortes. Suite du feuilleton : mardi prochain, pour le résultat des singeries électro-magnétiques. Et donc, provisoirement, pas de séjour à l'hosto, avec ou sans WIFI, et pas de chasse aux infirmières, avec ou sans Calvin Klein...

 

* C'est vrai que ceux qui lisent les conneries de l'homme le connaissent mieux que quiconque. En savent plus que son meilleur ami. D'autant qu'il n'a pas de meilleur ami vu que, dans la vraie vie, il n'a pas d'amis. Fou ça, hein, de n'être vraiment connu que par des inconnus. Et en plus c'est bien pratique : son épitaphe pourra se résumer en un mot http://1homme.skynetblogs.be et tout sera dit...         

13:51 | Commentaires (0) |

03/11/2011

Blog en pause

 

 

 

H.jpg

Crénomdedju de nondedju de putain de... l'homme est en pleine crise de rein, mal partout, cailloux dans les tuyaux, plié en deux... et donc s'y a plus rien d'écrit sur ce blog à la con pendant quelques jours, c'est qu'il est à l'hosto et qu'y a pas de WIFI... Allez, à plus... sait pas quand...

09:38 | Commentaires (3) |

02/11/2011

200.000

 

2.JPG

200.000 visiteurs et aujourd'hui, très précisément, le millième petit billet. Juste pour dire : merci.

11:40 | Commentaires (2) |

01/11/2011

Que dire...

Qu'est-ce qu'on dit quand un petit gars de 30 ans vient vous annoncer qu'on a découvert la maladie de Parkinson chez lui ? Qu'est-ce qu'on dit à un petit gars de 30 ans à qui on vient d'enlever d'un coup son futur, sa jeunesse et son insouciance ? Qu'est-ce qu'on dit à un petit gars de 30 ans à qui on vient d'enlever pour de bon sa joie de vivre, son bonheur et ses attentes. Qu'est-ce qu'on dit à un petit gars de 30 ans à qui on a tout enlevé. Y compris l'espoir. Que doit-on dire quand ce petit gars de 30 ans est votre fils ?

 

Hier l'homme a voulu en savoir plus. A tapoté Parkinson sur Google. A dû s'arrêter de lire. Les yeux brouillés.

 

Aujourd'hui, c'est le jour des morts. Et aujourd'hui l'homme s'en fout, des morts. C'est un vivant qu'il pleure. 

07:59 | Commentaires (3) |