17/10/2013

Ailleurs

C'est simple : niveau boulot, l'homme est tellement en colère qu'il ne décolère plus. Tout ces connards qui se mêlent de tout, qui emmêlent tout, qui racontent n'importe quoi, qui viennent lui faire la leçon en complète méconnaissance de cause, qui viennent lui faire la morale sans piger rien de rien, qui prenne leur radotage pour de l'intelligence et leur suffisance pour du savoir. Alors l'homme a envoyé un courriel meurtrier à tout ce qui bouge au-dessus de lui - heureusement, pas des masses - pour dire que maintenant ça suffit, qu'il a assez donné, qu'il en a ras la jatte d'être freiné, entravé, court-circuité et qu'il retire ses billes, que désormais ce sera sans lui et bonne chance à celui qui veut sa place. N'a pas atteint l'âge qu'il a, acquis l'expérience qu'il a, le savoir-faire qu'il a et les connaissances qu'il a, pour ce faire entuber par des apprentis-sorciers de seconde zone, des seconds couteaux d'arrière-banlieues et des génies de comptoir du café du commerce. Non mais attend. Mais attention, hein. Vu comme ça, tout ça a l'air folklorique, anecdotique, voire humoristique, mais en réalité, chez lui, tout ça a comme tendance à tout foutre en l'air, dans sa vie, dans son être, dans son canapé, dans son lit. Non non, pour le moment, l'homme aimerait être partout, sauf là où il est. D'où la chanson... Superbe d'ailleurs... C'est clair, seule la beauté est à même de nous sauver de la réalité... 

19:06 | Commentaires (1) |

Commentaires

Mouais ! Tout ce qui faut pour remonter le moral des troupes ça !
Par ailleurs .... superbe chanson !

Écrit par : Marie L | 18/10/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.