30/09/2013

Dés

 

JanuarySucholdolski.jpg

Voila. Les dés sont jetés. Et pour l'homme, ces dés sont ceux de désillusion, de désaffection et de désappointement. En z'effet, l'homme, qui était candidat pour devenir le boss de là où il bosse, et bien, il l'a eu in ze baba. Tout comme d'ailleurs ses deux autres potes qui étaient eux-aussi dans la course. Tous les trois dégommés. Trop cons, pas assez bons, valent pas un rond. Non non, le jack-pot c'est pour un barjot de l'extérieur, venu d'ailleurs, sorti de nulle part et qu'il fallait absolument caser, vu qu'il a la bonne carte du bon parti avec la bonne couleur et qu'il a bossé dans le même cabinet que le président de la commission de sélection, ce qui, en plus d'être un heureux hasard, aura tout de même un rien facilité ladite sélection, qui pour le reste s'est bien entendu déroulée de manière tout à fait objective, transparente et impartiale et bla bla bla et honni soit qui mal y pense et pour le reste la politique se fout de notre gueule et continue et persiste et signe. D'accord, l'homme ne s'était donné aucune chance dans ce jeu de dupes, mais tout de même, du coup disparaît aussi un des derniers challenges de sa vie professionnelle. Voire même une des dernières excitations, exaltations, expériences possibles de sa vie tout court. Déjà que l'absence de manque (voir billet précédent) ça lui faisait tout drôle, si en plus y a plus de défis, ben, ça devient carrément Waterloo morne plaine, non ? Espérons que tout ce manque de manque et déficit de défis ne lui fassent pas encore faire une de ces conneries monumentales dont il a le secret et qui l'ont à chaque fois conduit directos à la Bérézina. 

13:59 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.