28/09/2013

Paix

 

637291_EAGDF4YFBH77SS41VWWJXKUCXK1E41_ete-indien2-006_H192409_L.jpg

Est plutôt du genre à déboussoler l'homme, cet été indien qui reste au lieu d'avoir été. D'accord indien vaut mieux que deux tu l'auras, mais tout de même. Quoi ? Plutôt lourd comme intro ? Et plutôt nul aussi ? Non mais attendez, l'homme fait ce qu'il peut, là... Et d'ailleurs, c'est weekend pour lui-aussi, hein... Non mais, bande d'ingrats, va... Bref, tout ce rim-ram pour dire que cet estival tardif, immobile et paisible, ne lui va pas des masses. L'automne, avec ses bourrasques, ses nuages bas filant à toute allure, sa grisaille menaçante et ses pluies intempestives s'écrasant sur les carreaux, correspond, hélas, beaucoup plus à la nature tourmentée, agitée et tempêtueuse du mec. Maintenant faut dire aussi que l'homme connaît - du moins pour l'heure, mais ça peut changer du tout au tout, à tout instant, avec l'imprévisibilté de l'orage - un calme intérieur inhabituel. Pour une fois dans sa vie, il ne lui manque... rien. Très rare, ça, cette absence de manque, chez lui qui, précisément, a connu tellement d'absences dans sa vie. Et de privations. Et de vides aussi. Non non, laissez venir cet automne, qu'il se retrouve à nouveau en phase avec les éléments, qui sont son élément naturel.   

11:54 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.