19/07/2013

Rosé

Mes cigarettes, t'as oublié mes cigarettes, dit Jade sur le ton maman gronde bébé. C'était hier soir, l'homme est attablé derrière son laptop et Jade rapplique du boulot. Ben ouais, il a oublié ses sèches. Et alors ? N'en a rien à cirer de ses sèches, d'autant qu'en plus, il ne fume pas, lui. Avant de rentrer il s'est tapé le Delhaize, a rempli le frigo de Coca zéro, d'eau, de bière, de Schweppes agrumes, de salade de moules, de salade de poisson, de brochettes de dindes marinées, d'oeufs, de petits pots de riz au lait, de jambon braisé et plein d'autres trucs et oui, c'est vrai, il oublié les sèches de Jade. Je te l'avais encore spécialement demandé, n'oublie pas de me ramener des cigarettes, t'as oublié ? Ouaiiis ça va, j'ai oublié, vais aller te les chercher, tes sèches, d'accord ?   

Dans la rue, l'homme a cette impression qu'il est là pour tout le monde, qu'il court après tout le monde, qu'il fait tout pour tout le monde, ses fils, Jade, les barjots du boulot, mais que personne n'est là pour lui, ne court après lui, ne fait quoi que ce soit pour lui. Très désagréable, ce sentiment, qu'il ne connaît que trop bien. Et qui, en général, font qu'il se retire dans ses plaines intérieures, dans ses silences, derrière ses murs d'enceinte. Et comme si ça ne suffisait pas il a aussi mal aux genoux, aux ménisques, aux rotules, aux ligaments, au cou, aux omoplates, aux cervicales et aux os en général, qui fait qu'il se sent tout à coup tout vieux, et il est mal dans sa tête où y a comme un cocktail qui clapote mollement, un tiers de putain quelle vie, un tiers d'à quoi bon, un tiers de qu'est-ce que je fous ici et un zeste d'après moi les mouches, qui fait qu'il se sent tout à coup tout dépri. Mais là aussi, le monde s'en fout.

Heureusement, heureusement, il a également ramené du Bordeaux rosé (Bordeaux Clairet, Château Parenchère, 6,49 € au Delhaize. Et qu'est-ce qu'on dit ? Merci l'homme pour le product placement. Ah bon.). Ce qui lui rappelle sans crier gare la chanson du même nom de Clo-Clo. Qui date de 1978. L'année de son second mariage, à l'homme. Fou ça, hein. D'accord, la vidéo est tout à fait tarte. Mais c'est la nostalgie. Une nostalgie tout à fait tarte aussi d'ailleurs. 

Allez, Bordeaux rosé, take us away...

11:21 | Commentaires (1) |

Commentaires

Snif, t'es comme moi, "et qui est-ce qui s'occupe de moi ????".
Non mais c'est vrai quoi ! On passe notre vie à s'occuper des autres, et où qu'il est le retour ?
Non, c'est comme s'il y avait deux sortes de personnes: ceux qui donnent et ceux qui prennent. Ceux qui prennent se croient, se sentent, se considèrent comme "importants", et ceux qui donnent ? Pourquoi acceptent-ils cette position ? Complexe d'infériorité ? Besoin de se rendre utile, de se définir par le don de soi ? Vocation ?
Comme si ces positions étaient boulonnées à tout jamais...
Bon WE l'Homme !

Écrit par : Zosio | 19/07/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.