31/07/2013

Désir

 prix-du-desir-2004-04-g.jpg

Ce qui fout la vie des hommes en l'air, c'est le désir. Du moins, une fois qu'ils ne sont plus désirables et donc désirés. C'est d'autant plus pénible que la plupart peuvent encore toujours sortir leur équipement, astiqué à neuf et prêt à l'emploi, jusqu'à un âge canonique alors qu'à partir de 40 balais - bedonnants, chauves et déjà flasques ça et là -, ben, ils ne sont plus vraiment canons. Et comme si ça ne suffisait pas, la science en remet encore une couche en offrant aux mecs une panoplie de produits viagresques leur permettant d'assouvir sans sourciller des tribus entières d'amazones affamées, alors que côté drague y a pas vraiment pêche miraculeuse, et même pas pêche tout court : bredouilles qu'ils rentrent les mecs. Sans conquêtes qu'ils restent, les conquistadors. Nonobstant leur artillerie rutilante et leur puissance de feu intacte. Décidément, la nature est mal foutue : d'une part, c'est dans la nature des lolitas de préférer les mecs jeunes, vigoureux et beaux, alors que d'autre part, c'est dans la nature des vieux schnocks de tomber pour ces nymphettes nabokoviennes tombant des nues et si ingénieusement ingénues. Bref, toute la chienlit d'avoir du répondant et personne qui appelle. 

09:21 | Commentaires (1) |

Commentaires

Je crois qu'il s'agit d'un problème de vue...
Ben oui quoi ! Si nous nous regardions tels que nous sommes, et cherchions l'harmonie plutôt que la compétition, les générations seraient peut-être mieux réparties (et je sais de quoi je parle...)

Écrit par : Zosio | 31/07/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.