29/06/2013

Pêche

L'homme a une pêche d'enfer. Hier soir, petite sortie avec Jade. Dansé comme un chef, qu'il a, le mec. Amoureux, qu'il est, le mec. Hein ? De qui ? Ben de Jade of course ! Non mais ! Et aujourd'hui a fait un p'tit golf, le gars. Tapé la balle comme un chef aussi. Au soleil, dans la verdure, dans le calme, dans la beauté du parcours délicieusement ondoyant du golfclub de... naaan... dira pas où il joue, l'homme... rester en-dessous du radar est la seule façon de vivre heureux, c'est bien connu. Et pour continuer sur sa lancée, l'homme vous fourgue un machin qui va vous booster les oreilles, les ovaires, les ovules, les osselets, les orbites, voire même les orifices (attention, l'homme pourrait encore continuer longtemps ses délires, hein, mais il arrête les frais because n'a pas que ça à faire). Allez, mettez-moi ça à fond la caisse, et fuck les voisins.     

18:13 | Commentaires (0) |

25/06/2013

(Im)prudence

 

laetitia_casta_8.jpg

Y a des fois où l'homme en a marre d'être prudent, de prendre des précautions, de faire gaffe et autres trucs qui inhibent, qui freinent, qui font qu'on reste professionnel, social, amical, raisonnable et tout et tout, bref, qui font surtout qu'on est pas soi-même. A vachement envie des fois de se libérer, le mec. De se lâcher. De faire pour une fois ce qu'il a réellement envie de faire. De dire ce qu'il a réellement envie de dire. D'écrire ce qu'il a réellement envie d'écrire. Sans réfléchir, pour une fois, ni aux suites possibles, éventuelles, probables, ni à ce que les autres pourraient possiblement, éventuellement, probablement penser de lui, ni à la possibilité, l'éventualité, la probabilité de prendre, au final, un râteau en pleine poire. Aaah s'offrir une magnifique dose d'imprudence, un bras d'honneur bien pesé, un médium bien tendu, à tous ces barjots et à toutes ces pétasses qui le gonflent, qui le pompent, qui lui cassent les noix... Non mais attend, quelle délivrance ça doit être, hein... Tu rencontrerais Laetitia Casta après trois mois de traversée en solitaire de l'Atlantique que t'aurais pas un orgasme aussi orgasmique, hein, c'est l'homme qui te le dit.             

20:20 | Commentaires (0) |

22/06/2013

Dure

Il fallait pas me croire un chêne,

Alors que je n'étais qu'un gland

Prenant ma peur pour de la haine

Ils m'ont brisé comme un enfant

 

Aaah, c'est tout l'homme ça. Et s'il y a une chanson au monde dans laquelle il pourrait se reconnaître, c'est bien dans celle-la. Alors Sardou, on aime ou on aime pas, mais tout de même, quelle puissance dans cette musique et quelle force dans ces paroles... 

 

10:22 | Commentaires (0) |

20/06/2013

Brouillon

 

brouillon_blogs02.gif

Dommage tout de même qu'on a pas plusieurs vies. Attention, sur ce coup, l'homme cause pas réincarnation, résurrection ou autres trucs catholiques, bouddhiques ou védiques, plus ou moins véridiques, non, ce qu'il regrette c'est qu'on ne peut vivre sa vie une seconde fois. Non mais c'est vrai, serait pas mal si on pouvait d'abord avoir une vie pas pour de vrai, pour jouer, afin d'en découvrir tous les âges et toutes les émotions, tous les sentiments, tous les bonheurs et malheurs propres à chacun d'eux, et puis, une fois qu'on a tout vécu, recommencer à zéro. Et naître, mais cette fois, pour de bon. A la même date et au même endroit, des mêmes parents, avec la même famille, dans la même maison. Connaître la même enfance mais, arrivé à l'adolescence, pouvoir bénéficier non pas des souvenirs ou d'une sorte de mémoire de cette vie antérieure, mais plutôt d'une intelligence du passé. Qui ferait en sorte que, dès le début de l'âge de raison, et comme par instinct, on fasse les bons choix pour son futur. Niveau études, relations, carrière, finances, nanas, famille et tout et tout. A coup sûr que l'homme aurait étudié autre chose, fait une autre carrière, mené autrement ses finances, connus d'autres nanas, serait devenu un autre fils pour son père et un autre père pour ses fils. Pas que sa vie ait été moche, hein, pas du tout. Mais elle aurait pu être mieux. Si seulement il avait reçu l'occasion de vivre d'abord une vie au brouillon.   

15:36 | Commentaires (0) |

18/06/2013

Douf

Vu qu'il fait super douf, l'homme n'a pas trop envie de se les casser. Alors il vous fourgue à s'naise une tite vidéo bien à propos, bien tango, bien argentino et tout, intitulée "Tangled up". Ce qui veut dire "emmêlé". Un titre un rien barjot because justement y a pas intérêt à s'emmêler, et surtout pas à s'emmêler les pinceaux, quand on pratique ce genre de singerie latino-américaine où, au moindre faux pas, on risque le coup de latte dans les noix. Mais bon. L'homme arrête les frais. D'ailleurs, en parlant de frais, fait soif et le Bordeaux Clairet rosé l'attend dans le frigo. Allez, tchin tchin et dégustez-moi cette voix, cette musique et cette atmosphère...           

21:20 | Commentaires (3) |

16/06/2013

Centenaire

 

nain.png

Bonne nouvelle, ça y est, c'est prouvé scientifiquement, le mec dénommé l'homme va devenir, au moins, centenaire ! En zeffet, il a lu quèque part dans un machin scientifique, qu'en faisant l'amour trois fois par semaine on vivait 10 ans de plus. Because c'est prouvé : le jeu des quatre jambons renforce vachement la santé cardio-vasculaire, vous ramone à chaque fois la prostate, et toute la tuyauterie autour, à neuf et vous inonde la bouille de plein d'hormones et de bazars, qui non seulement font du bien mais qui, en plus, sont bienfaisant. Alors le calcul est simple. Comme l'homme fait l'amour fois par semaine... Quoi ? Il manque un mot? Hein? Un chiffre? Naaan... !? Ben... c'est fait exprès... because voudrait surtout pas vous déprimer hein, le mec... wooouuuahahahah... Bon. Reprenons. Et donc, en prenant l'espérance de vie des petzouilles dans nos contrées, augmentée du bonus généré par ses prestations yopla boum hebdomadaires, il arrive largement au-delà du cap des cent balais, hein, le gars. Evidemment, d'un autre côté, devrait aussi un rien faire gaffe à son BMI... et au Médoc qu'il descend... et aux frites-mayonnaise qu'il s'envoie... mais ça, c'est une autre histoire...   

20:09 | Commentaires (1) |

14/06/2013

Espionnage

 george-orwell-men-quotes-men-are-only-as-good-as-their-technical.jpg

Alors voila. Jade va au Delhaize avec sa carte Delhaize. L'homme va au Delhaize avec sa carte Delhaize. Ils vivent ensemble et donc ils reçoivent ensemble, en même temps et dans la même boîte aux lettres, une grosse enveloppe avec la pub du Delhaize. Une au nom de madame Jade et une au nom de monsieur l'homme. Et donc, hier, rebelotte, deux enveloppes.

Dans celle de Jade, y a de la promo pour du yogourt (tiens, la marque qu'elle y achète d'habitude), pour des légumes surgelés (tiens, elle y achète souvent des légumes surgelés), pour des produits de beauté (tiens, y a un échantillon de la marque qu'elle y achète habituellement), pour des brochettes "royales" (tiens, dernièrement elle y a acheté des brochettes). 

Dans celle de l'homme, y a de la promo pour du jambon (tiens, l'homme y achète d'habitude du jambon), pour des pâtes (tiens, l'homme y achète souvent des lasagnes), pour du poisson surgelé (tiens, l'homme y achète régulièrement des fish sticks), pour des caramels au speculoos (tiens, l'homme y achète fréquemment de la crème glacée au speculoos), pour des margarines liquides light "cuir et rôtir" (tiens, l'homme y achète souvent de la margarine liquide light "cuir et rôtir").

Deux pub donc bien différentes et soigneusement différenciées.

Alors sur ce coup y a pas photo, c'est clair, tout ce qu'on achète est enregistré, analysé, exploité, traduit en pub personnalisée, ciblée, customisée, et ensuite tirée, avec la précision d'un sniper, d'un tireur d'élite, d'un franc-tireur planqué dans l'encoignure d'une fenêtre, droit dans la tête du couillon consommateur-client-pigeon. 

Alors faut arrêter de jouer les vierges effarouchées face aux wikileaks, face aux gigantesques espionnages informatiques pratiqués par les USA sur leurs citoyens et plus généralement face aux attaques sur la vie privée par toutes sortes de machins étatiques, de services de sécurité et autres bazars de renseignement quand on se fait déjà platement espionner au niveau du bête supermarché du coin.

21:52 | Commentaires (0) |