21/05/2013

Canadair

Sait pas si c'est parce que l'homme connaît bien Aix, l'étang de Berre, Nice et le sud de la France en général, où il est si souvent descendu, si c'est la musique, si c'est la mystèrieuse poésie des paroles, ou si c'est cet indéfinissable mélange de finitude, de regret et d'amertume qu'il éprouva en l'écoutant la première fois, mais cette chanson l'a accroché un matin bleu foncé, tout enfoncé qu'il était dans le cuir de sa voiture et comme d'habitude engoncé dans cette vie qui, quoi qu'il fasse, lui sera toujours trop étroite.

 

13:36 | Commentaires (1) |

Commentaires

C'est récurrent ce sentiment de recevoir moins que ce qu'on donne, me demande même si ce n'est pas universel. Cette question que j'entends sans cesse, dans les milieux psys que je fréquente beaucoup ces derniers mois:
- Vous vous occupez de beaucoup de gens, vous portez une lourde responsabilité sur les épaules. Et vous ? Qui s'occupe de vous ? Qui vous soulage ? Qui prend soin de vous ?
- Il faudrait que je me dégage du temps pour moi, mais je ne l'ai pas encore trouvé...

On dirait que la seule personne qui peut nous faire du bien, ne peut être que nous-même...

Écrit par : Zosio | 23/05/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.