26/02/2013

Grippe

 

9867044-arbre-et-champs-de-paysage-onirique.jpg

L'homme est malade. La grippe l'a agrippé et l'alite au lit. Une loque, qu'il est, le mec. Pire : une loque sert enocre à quelque chose, lui ne sert carrément plus à rien. Se traîne du fauteuil au pieu et du pieu au fauteuil. Curieux aussi, quand on est mal, comme le mental se recentre sur le corps, se concentre sur la maladie, et comme tout ce qu'on considérait avant comme important, soudain, n'existe plus. Son agenda, son planning, ses réunions, ses rendez-vous et tous ces trucs et ces machins qui lui mettaient la pression, ont complètement disparu de son radar. Seul comptent la fièvre qui le fait trembler de partout, la douleur qui lui ankylose tous les muscles et sa bouille en bouillie qui l'empêche de nouer plus de deux pensées sensées l'une à l'autre. Et comme pour compenser le délabrement et la déconfiture physique, le subconscient, lui par contre, s'en donne à coeur joie. Le sommeil fièvreux, semi-comateux, n'a pas d'égal pour libérer un monde onirique foisonnant, luxuriant, saisissant de précision, tellement vif qu'au réveil on hésite : où est la réalité?

Hein ? Quoi ? Ce que l'homme rêve, au juste ? Naaan... voulez pas savoir...

20:57 | Commentaires (2) |

Commentaires

hum, c'est pas si mal la grippe au final !!!

Écrit par : zosio | 27/02/2013

Répondre à ce commentaire

Espérons que l'état "Recto-verso" ne soit que le signe de l'approche de la grippe .... Le corps et l'esprit affaiblit ..... encore que ....
Soigne toi bien !

Écrit par : Marie L | 27/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.