26/12/2012

Lendemain

 

dorian-gray-2.jpg

Par rapport aux fêtes, le parcours de l'homme est invariablement cyclothymique. Dans un premier temps, il n'aime pas. Faut se préparer, se fringuer, être là à l'heure, pfff... comme quand on bosse, quoi. Préfèrerait avoir la paix. Peinard dans son peignoir, un bouquin à la main, chez lui. Une fois au coeur des festivités, par contre, l'homme se sent beaucoup mieux. Parfois même se sent bien. Discute, se marre, participe. Pour, le lendemain, immanquablement, se réveiller tout cafardeux, tristounet et fragilisé. Comme s'il avait claqué d'un coup tout son capital de gaieté, d'optimisme et de bonne humeur. Surtout quand, au levé, il rencontre sur son smartphone sa bouille, que l'un ou l'autre joyeux luron n'a pas manqué de coller sur Facebook, et qui l'enfonce encore plus dans son cirage existentiel. Car il ne se reconnaît pas en ce mec. Ce lui, n'est pas lui. Est un autre. Cette image ne lui correspond en rien. Ce gars a une tête de vieux, de retraité, d'éteint. Alors que lui, il est jeune, dynamique et encore vif que c'est pas possible. Non non, y a de l'imposture là. De l'usurpation d'identité. C'est pas la photo de l'homme, c'est le portrait de Dorian Gray... Aaah le magnifique défi : se réconcilier avec la réalité. Pas de la toute belle bonne résolution pour 2013, ça ? Ah bon ! Hein, quoi ? Qui a dit "bonne chance...!!!", là, au fond à gauche ? 

11:43 | Commentaires (1) |

Commentaires

Ben moi, même "dedans", je n'apprécie pas trop le bruit, les gens trop près, les dérives de l'alcool, les excès de "bonne bouffe".
Comme si, les autres jours, on mange mal ...
Vous autres, je ne sais pas, mais pour moi, c'est fête tous les jours, je suis de bonne humeur, je mange sainement, et avec goût et plaisirs.
...
Sauf quand c'est imposé par le calendrier :-)

Écrit par : Marc | 26/12/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.