24/11/2012

Caché

Même quand on se dit tout, on ne se dit pas tout. Parce qu'il y a des sentiments, des vécus, des ressentis dont on ne peut parler. Parce que même s'ils appartiennent à un passé depuis longtemps - et définitivement - révolu, ils pourraient encore toujours blesser l'autre. Ou l'inquiéter. Même sans la moindre raison. Ou parce qu'il est impossible de les évoquer parce qu'ils sont impossible à exprimer. Parce que mille mots ne pourraient suffire pour les décrire dans toute leur étendue, dans toute leur complexité, dans toutes leurs nuances. Ou parce que nous les laissons enfouis en nous par pudeur (si si, ça existe encore...), par respect, presque par politesse, vis-à-vis de l'autre, vis-à-vis des autres. Ce sont ces chagrins d'amour que nous portons tous en nous, fossilisés sous les couches successives du temps... et des nouvelles amours. Fossilisés certes, mais aussi mystérieusement ravivés à chaque visite impromptue de nos souvenirs.  

20:33 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.