17/11/2012

Internet

 

Scan100061889-1896.JPG

Le père de l'homme est mort il y a 15 ans. En son temps, le père de l'homme était un homme relativement important. Relativement, puisque tout est relatif, toujours. Et puis qu'est-ce que c'est "important", hein ? Disons qu'il était le boss d'un gros machin, qu'il avait un énorme bureau avec des tapis, des tableaux, des canapés et des huissiers devant la porte, qu'il avait des grosses Mercedes avec chauffeur, qu'il était connu, reconnu, écouté, redouté, apprécié, décoré, qu'il avait des relations, beaucoup de relations. Tout ça, c'était il y a 30 ans, du temps où il était encore actif, encore en fonction, encore quelqu'un. Aujourd'hui l'homme, poussé par une curieuse forme de curiosité, s'est surpris à taper le nom de son père sur Google, comme ça, pour voir ce qui restait de lui dans cette mémoire universelle de l'humanité qu'est aussi l'internet. Résultat : son nom a été retrouvé dans... 1 (un) document, une version pdf d'un document datant de 1973 et mis en ligne en mars 2012. A part ça, rien, nada, nothing. Comme si tous ceux qui ont vécu avant l'HTTP, Adobe, Word, Windows et autres singeries du genre n'avaient jamais existé. Disparus sans laisser de trace. Du moins informatique. Juste quelques photos jaunies au fond d'une boîte à chaussures. Alors qu'aujourd'hui le moindre plouc un rien connecté en jette plein les écrans, du sifflement de son premier pet sur Facebook à la couleur de son dernier calbard sur Skynetblogs. Et que toutes ces conneries, y compris celles de l'homme d'ailleurs, resteront pour la postérité jusqu'à la fin des temps. Ou des serveurs, c'est comme on veut. Non non, y a là comme une grosse inégalité, hein. Mais heureusement aussi une belle leçon d'humilité. 

16:23 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.