03/11/2012

Transe

On lui fout une pression pas possible, au mec, et donc l'homme est stressé jusqu'aux narines. Tendu comme le calbard d'un lutteur de Sumo, qu'il est. Alors quelles sont les options? Le pinard? Assurément. La pilule rose qui calme et rend heureux? Pourquoi pas. Prendre sa caisse pour s'aérer les noix à la mer? C'est une idée. Se taper un Spa, tous à poil et qu'on s'amuse? On peut envisager. Jouer une petite séance de cinquante nuances de Grey avec Jade? Aaah, séduisant ça. Ou mettre tout simplement la sono à fond les manettes et se laisser emporter par la transe obsédante, le son hypnotisant et le rythme irrésistible de Dubfire? Aaah, commençons par ça, après on verra bien. Hein? Quoi? Non, l'homme n'est pas devenu fou. Est parfaitement conscient que cette musique n'est plus de son âge. Que pour le même prix, il passera pour un vieux con qui refuse de vieillir et qui, pathétique, ridicule et pitoyable, veut à tout prix rester dans le coup et rester jeune envers et contre tout. Il sait tout ça. Mais il n'en peut rien... il aime vraiment cette musique. Tout comme il aime Cloclo, Reggiani et Lama. Ou Leonard Cohen, Dire Straight et les Stones. Disons qu'à priori, l'homme est sans à priori. Ci-dessous, la preuve par deux.

 

09:24 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.