11/11/2012

Aseptisé

Que la semaine passée on votait aux Etats-Unis pour élire un nouveau président, ça tout le monde le sait. Par contre, et ça tout le monde ne le sait pas, à Los Angeles on votait aussi pour autre chose. A savoir pour ou contre... le port obligatoire du préservatif sur les lieux de tournage de films pornographiques. Naan ? Si ! Et ça a fait tout un bordel. Dirait même que ça en a ébranlé (mmmwwwooouuuahaha... ébranlé... ) plus d'un. Faut dire qu'aux USA il règne comme un puritanisme à géométrie variable. A tel point qu'elle finit d'ailleurs par ressembler comme deux gouttes d'eau à de l'hypocrisie. D'une part tout le monde s'envoie du porno à gogo, avec une industrie de la fesse qui pèse pas moins d'un milliard de dollars par an, et d'autre part y a le boss de la CIA qui se fait virer simplement because a trompé sa régulière en s'envoyant la nana qui a écrit sa biographie. Du coup, a directement un nouveau chapitre à y ajouter, le mec, à sa biographie. Mais c'est une autre histoire. Non mais c'est vrai, si en Belgique tous les mecs qui se tapent une maîtresse - un deuxième bureau, comme disent si joliment les Congolais - devaient se faire sortir, ben, on aurait comme un problème niveau chômage, hein. Ah bon. Résultat, un bon 55% des amerloques du coin a voté en faveur du port par les acteurs pornos de préservatifs pour se préserver dans leur persévérance lors de leurs performances filmiques publiques et pas bibliques. Et donc tollé général du côté des adipeux locaux : aaah mais ça va pas ça, hein, le porno, ça doit rester bien gras, bien dégoulinant, bien suintant de partout, sinon c'est plus du porno, hein. Pour l'amour du ciel, surtout pas de sexe ni cul ni lingus aseptisés ! C'est comme la bière sans alcool, ça. Imbuvable. Et donc tout le petit monde de la fesse s'est mobilisé. Et tant qu'à faire, comme ils sont tout de même dans le business, se sont même fendu d'un petit film de protestation. Le voici :     

11:30 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.