26/10/2012

Dating

 

lovebrain2.jpg

Le down dating, connaissez ? Naan ? Alors esplication du patron. Le down dating c'est, par exemple, quand une frangine avec un diplôme d'ingénieur en physique nucléaire, diplômée docteur en philo et lettres ou avec un MBA de l'UCLA, se tape un mec resté calé au niveau plasticine, bilboquet et crayons de couleurs Caran d'Ache. Bref, quand y a comme une différence niveau études. Ou pour le dire plus simplement, quand y a une différence de niveau, au niveau du niveau. Et attention hein, pas seulement intellectuel. Question pognon aussi. Exemple, une nana CEO d'IBM qui se case avec le plombier ou le boucher du coin. Même si, sur ce coup, faut faire gaffe tout de même. Because y a des marchands de lard en banlieue qui se font deux fois plus de pognon que certains hommes de l'art dans les beaux quartiers, hein. Ah bon. Et donc la question préoccupante qui nous occupe aujourd'hui est de savoir pourquoi une gisquette qui vaut cinq étoiles et quatre maisonnettes en rouge au Michelin se laisse tenter par un troisième couteau d'arrière-cuisine? Aaah tout d'abord y a évidemment le mythe - ou le fait, faut voir - que les forts en thème sont nuls au pieu. C'est sûr qu'effectivement les intellos, ben, ils réfléchissent. Et qu'à force de réfléchir, ben, ils finissent par fléchir tout court. Surtout là où il faut pas, justement, qu'ils fléchissent. Alors que le simple plouc, lui, il pense pas. Et quand il pense, il pense à rien. Sauf précisément à ça. Que du bonheur pour madame, non? Le coup de l'amant de Lady Châtre-les ou Chatterley ou un truc du genre. A côté de ça, y a aussi le fait qu'elles se sentent moins menacées, plus désirées et plus à l'aise avec un brave en salopette qu'avec un barjot en Hugo Boss qui pistonnerait en Ferrari et carburerait full-time au champe dans les bars lounge - et parfois louches - chics et trendy de la ville. Avec en plus que les mecs à fric et à pouvoir ont comme une tendance à tout vouloir contrôler, diriger, dominer. Y compris leur régulière. Ce qui finalement est très castrateur pour une femme. Euh... qu'est-ce que je raconte, là... castrateur pour une femme... pfff... grand temps que je me repose, moi...       

11:30 | Commentaires (8) |

Commentaires

Dommage que l'Homme se soit arrêté en si bon chemin, car cela tient la route : les Dames ne demandent et n'aiment pas à se sentir écrasées ou dominées.
Protégées, oui.
Dominées, non.
La nuance est, de leur point de vue, TRÈS importante.
.... et cette égalité protégée, un gars "d'en bas" peut la leur donner :-)

Écrit par : Marc | 26/10/2012

Répondre à ce commentaire

Aaah très bonne remarque, Marc. Remarque, Marc, qu'en plus, certains disent aussi que les opposés s'attirent et s'équilibrent... Mais pour avoir déjà fait pas mal de down dating lui-même, avec le résultat bien connu qu'il s'est à chaque fois pris solidement le pied dans la carpette, l'homme le dit haut et fort : pour réussir son couple, faut être aussi identiques que possible. A tout point de vue. Avoir les mêmes goûts, le même caractère, le même compte en banque, la même éducation, le même niveau de boulot, le même sex drive et les mêmes passions. Sinon c'est simple : t'oublies.

Écrit par : Un homme à Marc | 27/10/2012

Répondre à ce commentaire

... Groooooosse interlocation (du verbe "interloquer", là ;-)
Je ne suis pas certain qu'avoir mon clone féminin me plaise vraiment sur le long terme ...
J'ai une image pour cela : le logo de MasterCard.
Avec la zone commune et les deux zones "identitaire", qui font que cela tient la route : il me semble important que, lorsque je suis dans un creux, MaDame ne le soit pas et inversement, histoire de pouvoir soutenir l'autre, voire de "faire tourner la boutique" en cas de coup vraiment dur.

Écrit par : Marc | 27/10/2012

Aaah, intéressante, l'idée de la zone commune des deux cercles de la MasterCard... Disons que plus elle est importante, mieux c'est... C'est vrai aussi qu'un clone c'est pas toujours comique...

Écrit par : Un homme à Marc | 28/10/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, je sais que c'est intéressant comme idée.
Normal, c'est la mienne.
En toute modestie, "bien sûr" ;-)

Comme tu le dis, plus elle est importante, mieux c'est.
Néanmoins, je crois elle ne doit pas être figée, que du contraire, cela doit rester vivant, "respirant" (avec, comme les poumons, une période "plein", puis une période ou le poumon est "vide" - ce qui est inexact : il ne sait plus donner - puis à nouveau une période pleine, puis une ... comme la respiration)

Ce qui me semble important là-dedans, c'est justement la vie qui est là : si c'est figé, c'est mort.
Aussi simple que ça :-(
Mais si c'est mobile, et que cela s'ajuste aux temps et activités, c'est chouette. Par exemple, que cette zone de partage soit petite quand je suis au boulot (MaDame s'en tape, de mon, job, je ne te raconte même pas .... mon travail ne la branche pas du tout) et que les deux disques soient presque superposé quand nous partageons l'amour ....
Wonderful, it isn't ? :-)

Quant à l'idée de clone .... je crois que c'est un choix personnel.
Certain(e) ont besoin de (presque) fusion, d'autres de partage.
Perso, je préfère le partage.

Écrit par : Marc | 28/10/2012

Répondre à ce commentaire

Très intéressant, ce débat ! J'aime beaucoup !

Écrit par : Marie L | 29/10/2012

Répondre à ce commentaire

Moi aussi :-)

Écrit par : Marc | 29/10/2012

Eh, oh ! L'absence de diplôme n'engendre pas obligatoirement le crétinisme non plus...
Elle peut provenir d'un manque de soutien éducatif, de motivation pendant la scolarité, de plein de choses. Mais la culture générale peut combler bien des petits bouts de papier, signés, cahcettés, oblitérés...

Écrit par : Moi | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.