01/10/2012

Celtique

 

6572591-scotsman-maintenant-que-son-verre-de-whisky-derriere-est-kilt.jpg

Quoi ? Non, l'homme n'a rien écrit hier. Pourquoi ? Because pinard + antibiotiques le samedi = le dimanche dans le gaz. C'est que samedi Jade et l'homme étaient invités à un mariage. Et attention, pas n'importe quel mariage. Pas un machin catholique, protestant, juif, musulman ou un truc du genre, non, un mariage celtique. En rase campagne, en plus. Dans un pré, avec juste un moulin à côté. Pas une habitation à deux kilomètres à la ronde. A peine arrivée, Jade a directement tapé fort en embourbant rapidos sa caisse dans la boue du champ qui servait de parking. A trois qu'on a dû s'y mettre pour l'en sortir. Bon début. Ensuite le couple de mariés. Elle en robe de mariée normale, lui en... kilt. Le vrai kilt. Authentique et tout. Jupette à carreaux avec petite sacoche à la ceinture, chaussettes écrues, et pompes noires. Faut dire que, quelque part, ça avait tout de même de la gueule, hein, comme costume. Vachement classe même. Puis la cérémonie. On s'est tous retrouvés assis dans un grand cercle tracé à la chaux dans la prairie, avec un autel et juste à côté trois nanas avec des tambours, des tambourins et autres machins avec des peaux de bêtes tendues dessus, qui ont récité des poèmes du grand chef inden Aigle noir ou Sitting Boules ou un truc du genre, qui ont chanté des chants indiens à l'ouest, à l'est, au nord et au sud, sur le vent, le soleil, l'eau, la lune et pleins d'autres trucs encore, les mariés ont bu de la flotte dans deux cruches de terre cuite, bref l'homme s'est un instant cru en plein milieu d'une BD de Lucky Luke. Et finalement, y a eu la cérémonie du handfasting, les mains des époux étant symboliquement unies - ce qui est normal dans une union - par des rubans dorés et argentés. Puis il a fait soif et tout le monde s'est retrouvé sur des bancs et des tables un peu partout dans le pré, un verre de cervoise dans les pognes. Puis y a eu barbecue dans une grande tente. Puis on a dansé sur l'herbe, bu maints verres de vin - excellent d'ailleurs - et fait maintes fois pipi dans les fourrés des environs (pour les dames y avait quand même deux cagoinces portables pour chantiers, genre Toi Toi ou Dixi, installées sur une remorque dans un coin reculé, mais néanmoins suffisamment éclairé par des projos pour qu'y ait pas trop de petits accidents en cours de route ou d'autre chose). Non non, au final c'était plutôt sympa, comme sauterie.      

15:09 | Commentaires (2) |

Commentaires

Aaaaaaaaaaaahhhhh, l'Homme ....
Ah la la la la la la la la la ....
Faut pas confondre les Celtes et amérindiens.
Même si certains points, importants, sont similaire dans certains cérémonials : la salutation aux Quatre Éléments ne se fait pas qu'aux Amériques, elles se faisaient (et se fait encore, tu en a été témoin) longtemps avant que ces messieurs porteurs de croix ne l'interdissent.
Le Cercle aussi est un symbole universel, surtout dans le cadre d'une union.
Et la musique naturelle (les tambours sont fait uniquement - enfin traditionnellement- avec des moyens que l'on trouve dans la nature : bois, peaux, tendons, ...), elle permet d'élever l'âme et le niveau énergétique d'un lieu ou d'une cérémonie : en dehors des religion du livre, la majorité des autres utilisent ces instruments, cadencent et dansent à leur son.

Pas courant comme cérémonie, surtout dans nos vertes et pluvieuses contrées.
Généralement, cela se fait discrètement : chanceux :-)

Écrit par : Marc | 03/10/2012

Répondre à ce commentaire

Euh... m'escuse :-) N'est pas vraiment genre celte, druide, excalibur, amérindien ou indien amer, l'homme. Et de manière générale, n'aime pas trop les rites à cinq balles, la symbolique de pacotille et le sacré sauce gnan-gnan. Bref, n'aime pas le toc, le mec. N'aime que le vrai. Le profond. Et ça, ça n'a pas besoin d'apparats, de public, de grands gestes et de grands mots : ça se vit seul. Ou dans l'intimité. Ceci dit, comme d'hab, l'homme respecte ceux qui aiment ça, comme Jade, qui en a d'ailleurs été toute émue, même s'il ne peut, comme d'hab aussi, réprimer son humour toujours ironique, sarcastique et polémique...

Écrit par : Un homme à Marc | 03/10/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.