29/08/2012

Stats

Alors voila, l'autre jour, l'homme discutait avec un de ses potes du boulot au sujet d'un autre pote du boulot au sujet du nombre de nanas que ce dernier s'était envoyé dans sa vie. Une parlotte style tu te souviens, d'abord il a été avec celle-la, puis il a eu celle-la, ensuite il s'est marié avec celle-la, qu'il a laissé tomber pour celle-la, avant de se remarier avec celle-la, qu'il a d'ailleurs trompé avec celle-la et maintenant tu viens me dire qu'il va se marier pour la troisième fois !? Fou ça ! Le tout sur un ton à la fois amusé et, soyons francs, un rien admiratif : pfiou, quel mec, ce gars hein ! Ah ouais ça, un joyeux piqueur çui-la ! A la limite, encore plus fort que moi, qu'il s'est dit l'homme, alors que dans sa tête défilaient en un éclair toutes les gisquettes qui, à un moment donné, ont croisé sa vie et son lit. Aaah la première... il s'en souviendra toujours. Pas because c'était la première, mais because il se rappellera toujours la toute belle panique qui l'a envahi pendant les deux semaines les plus longues de son existence : les 10.080 minutes pendant lesquelles elle lui a fait un retard en règle de ses... règles. Et qu'il voyait déjà le tableau dans toute son horreur : elle, avec un polichinelle dans le tiroir et lui, obligé de l'épouser, alors qu'en fait elle ne cassait rien, mais quand on est du modèle grand dadais boutonneux à cheveux gras, ben, on est déjà bien content de pouvoir en désaper une, même si c'est beaucoup moins que Miss Poelkapelle 1970. Ensuite y a eu sa première conjugalement officielle. Et, après que celle-ci l'ai prestement largué pour un preste connard du boulot où qu'elle bossait, il s'est payé un chouette petit cortège de nanas de tout poil (ou de tous poils, c'est comme on veut... mmwwoouuaahahah... de tous poils... m'escuse...) : étudiante d'unif, réceptionniste au Soir, employée de compagnie d'assurances, fille de commissaire, d'épicière, de fermière, de laitière... Faut pas oublier qu'à cette époque on pouvait encore faire dans les grandes séries sans se faire du mourron, hein. Ouais môssieur : les nanas prenaient la pilule et les mecs prenaient les nanas, mais attention hein, sabre au clair et à découvert s'il vous plaît. Because c'est simple, y avait pas encore de SIDA, de séromachintruc et autre chienlit du genre. C'est venu après, tout ça. Et puis finalement, il s'est remarié, le gars. Et puis, a redivorcé. Et puis et puis et puis. Non non, vu comme ça, n'a pas été mal non plus, le parcours du mec. Allez, pour fêter toutes ces années de montagnes russes, deux petites chansonnettes vite fait : une d'avant pour chanter tout le passé et une d'aujourd'hui pour déchanter tout court.  

 

 

 

                  

16:54 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.