28/06/2012

Oublié

 

6e4031l6.jpg

"Pfff... quelle vie de con", c'est la phrase que l'homme murmure chaque soir, genre mantra, sur la route du retour. Et ce soir, sa caisse dans les embouteillages, sa bouille dans l'airco et ses pensées dans le cirage, il n'en est pas autrement. Non mais c'est vrai, il passe ses journées à s'essorer les noix au boulot alors que le lendemain du jour même où il aura arrêté de bosser, plus personne ne parlera de lui, ne pensera à lui, ne se souviendra de lui. Il ne laissera même pas un vide. Enfin, pas un grand et certainement pas longtemps. A son burlingue y en aura simplement un autre qui fera ce qu'aujourd'hui il fait. Et de lui il ne restera rien d'autre que l'une ou l'autre signature enfouie dans l'une ou l'autre archive, qu'une image occasionnelle et furtive dans la tête de quelques-uns, rien de plus, Ce sera comme s'il n'avait jamais été là. Disparaîtra sans laisser de traces. Comme évaporé qu'il sera, le mec. Désintégré et télétransporté vers nulle part. Alors la question est : est-ce que tout ça, toute cette fatigue, tous ces efforts, tout ce stress, tout ce temps brûlé, en vaut-il la peine? De toute évidence, la réponse est non. Alors, un rien négatif par cette lourde soirée d'orage, l'homme? Naaan. Appelons ça un accès de lucidité. Alors savez quoi ? Va faire l'amour à Jade, le gars. Lentement. Longuement. Sensuellement. Se perdre dans le plaisir et le présent. Pour oublier toutes ces choses pour lesquelles il est trop tard.          

20:40 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.