20/06/2012

Solo

Ce soir, Jade a laissé l'homme en rade. A un dîner business avec quelques petzouilles d'affaires, la nana. Et donc a laissé l'homme comme la margarine: solo. Alors le mec a bouffé sa tartine avec de la salade de poisson dessus, a repassé ses chemises (une bleue et une grise), pris sa douche, ouvert sa bouteille La Gravière Grand Poujeaux 2008 et puis son laptop, façon jadis, style avant, genre époque où il ramait tout seul dans son océan de solitude. Et justement, là tout à l'heure, de la terrasse de l'appart où il crèche à présent, il a levé les yeux vers la terrasse, la baie vitrée et les velux de l'appart où il crèchait avant, peut-être 30 mètres plus haut, mais désormais aussi lointain que Mars. Même si ça fait pas des masses qu'il l'a quitté. C'est que le temps est insaisissable. Le présent peut durer une éternité alors que le passé, lui, n'est jamais qu'un souffle. Allez comprendre... Mais bon, on va pas tomber dans la cafardise noire, dans le spleenesque abyssal ou l'angoissade dolorosa, hein. Au contraire, si on se faisait un petit plaisir, hein ? Quoi ? Naaan, pas solitaire ! Coquines, va... Un plaisir partagé. Et en musique en plus. Car si le temps nous est étranger, love is a stranger tout aussi bien... 

 

21:13 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.