20/05/2012

Réveil

 

Une-grasse-mat.jpg

Un des phénomènes récurrents de la vie en couple est ce que les chercheurs des prestigieuses facultés  universitaires de Céroux-Mousty ont appelé l'Asynchronisme Réveillatoire Chronique ou ARC. L'ARC survient de manière persistante au matin de chaque jour de congé, de vacance, de weekend ou férié, bref à chaque fois qu'on peux faire la grasse mat' sans se faire entuber par l'un ou l'autre réveil à la noix. La pathologie se déroule invariablement selon un même processus: vous êtes en train de pioncer comme un chef, vous en écraser que ça vous fait du bien que c'est pas possible, lorsque soudain vous entendez au loin l'autre chipoter dans les armoires de la cuisine ou laisser tomber sa brosse à dent dans le lavabo de la salle de bain ou chercher l'un ou l'autre truc dans la commode juste à côté du pieu. Ce même pieu où, de votre côté, vous tentez désespérément de ne pas vous réveiller. Et paraoxalement, plus l'autre est prévenant, attentif, précautionneux dans ses faits et gestes, plus il fait gaffe à ne pas faire de boucan, à rester le plus silencieux possible, et plus tout ce qu'il fait prend une sonorité tout à fait disproportionnée par rapport à son ampleur réelle. La moindre petite cuillère remuée résonne comme un gong japonnais, le moindre filet deau qui coule du robinet a les résonnances d'un torrent de montagne. Comme si moins on faisait de bruit et plus on en faisait. Un facteur aggravant est lorsque l'autre est atteint du syndrôme de Duracell, qui fait que dès l'instant où il ouvre un oeil il part comme une fusée en une phase d'hyperactivité aigüe, qui le fait s'agripper de manière compulsive et convulsive au premier fer à repasser, torchon ou Swiffer venu. Car là, il colle en plus un effroyable sentiment de culpabilité au malheureux qui tente, désomais en vain, de dormir du sommeil du juste... Attention hein, tout ceci l'homme l'écrit avec plaisir, d'une plume légère et amusée. Plus que quiconque il sait le bonheur d'être réveillé par la vie de l'autre, lui qui a connu le silence mortel de tant de réveils solitaires.               

13:19 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.