03/05/2012

Suicidaire

 

pc-industriel-pour-la-technologie-multimedia-87517.jpg

Ce qui est grave, c'est que nous utilisons tous, que nous sommes tous dépendants, que nous ne savons plus nous passer, de pleins de trucs informatiques, électroniques, technologiques que nous ne maîtrisons pas, que nous ne comprenons pas, qui dépassent notre entendement et sur lesquels nous n'avons aucune prise. Tous ces trucs genre GSM, internet, I-Pad, qui, quand ils ne fonctionnent plus, nous coupent, sans pardon et sans appel, du monde, de nos amis, de notre famille, de notre boulot et que, en plus, et comme si ça ne suffisait pas, nous sommes totalement incapables de réparer de nos propres forces. En d'autres mots, nous mettons toute notre vie affective, professionelle, relationnelle, bref tout ce qui compte dans notre existence, entre les mains - enfin si on peut dire - d'objets et de technologies que nous, en tant qu'individus ordinaires, ne contrôlons d'aucune façon. Pieds, poings, bonheur et malheur liés au bon vouloir du fonctionnement digital, au bon vouloir helpdeskien, au bon vouloir d'une voix robotisée et déshumanisée qui ânonne pour un collaborateur machin-truc appuyer sur un... pour un problème trucmuche appuyer sur deux... toutes nos lignes sont occupées veuillez réessayer plus tard.. tûûût et salut bonsoir. Quelle dégradation. Quel assujettissement. Quelle aliénation. Avec la circonstance aggravante, inquiétante et encore plus frustrante que face à une oppression "normale", de nature humaine, genre dictature, despotisme ou autre totalitarisme, on peut toujours se révolter, prendre les armes, entrer dans la résistance, alors que face à cette soumission invisible, impalpable, inodore et incolore, il n'existe pas de moyens de défense. Car l'oppresseur n'a pas de visage et pas de nom, et l'invasion n'est pas physique mais virtuelle. Et ça, à terme, si on n'y prend garde, c'est suicidaire.               

13:40 | Commentaires (1) |

Commentaires

Bien vu ! Totalement vrai !
C'est pourquoi je suis contente d'avoir connu le "avant" et le "après". J'ai l'impression que je pourrais plus facilement me réadapter si tout cela disparaissait pour quelque raison que ce ce soit. Je n'ai pas oublier l'histoire ancienne que fut ma vie... Mais j'apprécie grandement la modernité qui me permet d'être en contact avec des gens "virtuels" que je pense que j'apprécierais de rencontrer en réel !
Nous développons, à l'heure actuelle, deux types de relations, et il faut croire que la virtuelle a plus de charme que la réelle. C'est tellement plus facile de "paraître" ce que nous voudrions paraître avec seulement des mots...

Écrit par : Moi | 03/05/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.