02/04/2012

Electrabrol

 

pub_electrabel-a7d1b.jpg

Aaah la communication... On vit à l'ère de la communication, de l'internet, des smartphones... c'est formidable. Avant y avait pas tout ça. Y avait la poste, point barre. On devait mettre sa bafouille dans une enveloppe, y coller un timbre, mettre le tout dans la boîte aux lettres au coin de la rue et hop c'était parti. Maintenant, avec la technologie de l'information, c'est devenu beaucoup plus simple et beaucoup plus rapide. Ainsi par exemple chez Electrabel. Comme l'homme vient de déménager, il a clôturé ses compteurs et voudrait donc informer Electrabel des derniers relevés. Alors il a été sur le site pour remplir le formulaire en ligne. Aaah formidable invention ça, le formulaire en ligne. Et donc le voila qui introduit son identifiant et son mot de passe, qui clique je ne sais pas combien de fois pour ouvrir la bonne page, y remplir je ne sais pas combien de champs avant de cliquer sur "suivant", pour remplir une nouvelle page et cliquer encore une fois sur "suivant", et après avoir rempli je ne sais pas combien de pages et cliquer je ne sais combien de fois sur "suivant", il reçoit finalement un message, écrit en rouge, lui disant qu'y a... un problème et qu'il doit... téléphoner au n° 078 machin truc. Déjà, ça le met de bonne humeur, l'homme. Mais, prenant son mal en patience, le voila qui téléphone au 078 machin truc. Courageux, le mec. Une fois en ligne, le voila qui suit les directives de la voix suave et digitalisée qui lui dit de pousser sur le 1 pour choisir la langue, encore une fois sur le 1 pour dire qu'il déménage, sur le 2 pour dire qu'il est client d'Electrabel, de nouveau sur le 1 pour dire que tout va bien, sur le 3 pour dire qu'il commence à en avoir marre, qui lui demande ensuite de taper son numéro de client suivi de #, de taper son numéro de dossier suivi de #, de taper l'âge de sa belle-doche suivi de #, de taper la taille du slip de sa soeur suivi de #, pour au final lui dire que... toutes les lignes sont occupées et qu'on lui retéléphonera dès que possible. La-dessus, l'homme est à la limite de l'attaque cardiaque, de l'accident cérébral, du meurtre aveugle de tout ce qui bouge dans un rayon de 50 mètres autour de lui. Toutefois, il se reprend, se contient, respire profondément et retourne sur le site d'Electrabel pour cliquer sur à peu près le dernier bouton qu'il n'avait pas encore cliqué jusque là : le bouton "chat". Après 5 minutes d'attente, y a un petzouille qui lui demande ce qu'il veut. L'homme répond qu'il voudrait simplement une adresse pour y envoyer ses relevés. Le petzouille lui répond que pour les déménagements, y a un formulaire en ligne. L'homme répond qu'il sait mais que ça fonctionne pas et qu'il voudrait simplement une adresse postale. Le petzouille lui répond qu'y a aussi le téléphone 078 machin truc. L'homme répond qu'il sait mais que ça fonctionne pas et qu'il voudrait, s'il vous plaît, par pitié, simplement avoir une adresse postale. Le petzouille lui répond que l'adresse dépend du genre de correspondance. L'homme répond que c'est pour ses relevés et qu'y a qu'une seule adresse qui est mentionnée sur la facture. Le petzouille répond qu'il suppose que c'est la bonne. L'homme lui répond que point de vue contact, chez Electrabel, c'est nul. Et d'un clic rageur envoie bouler Electrabel, son site à la con, son téléphone à la noix et son chat de mes deux. Résultat : après une heure de frustrations, de nondidju de nondidju de nondidju, de Electrabel bande de connards et autres commentaires du même style, l'homme a mis le relevé de ses compteurs dans une enveloppe, y a collé un timbre et a mis le tout dans la boîte postale au coin de la rue. Maintenant y a plus qu'à espérer que c'est la bonne adresse, que la poste ne part pas en grève, que la fin du monde n'est pas pour demain et qu'il se calme avant de pèter un câble et de bouffer le nez de Jade dès qu'il rentrera chez lui. Serait pas mal non plus si Electrabel revoyait un rien le message de sa pub (voir image ci-dessus), because l'énergie, c'est le client qui doit en avoir, hein, et une sacrée, pour se farcir son déménagement avec Electrabrol.

16:58 | Commentaires (1) |

Commentaires

J'adhère !
Je connais par coeur toutes les petites musiques d'attente !
Il manque le choix de la radio que l'on voudrait écouter entre les "toutes nos lignes sont occupées, merci de votre patience..."

Écrit par : Moi | 03/04/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.