20/03/2012

Neuropeptides

 

neuron2.jpg

Un neuropeptide, savez ce que c'est ? Allez, arrêtez de faire semblant d'être malin, l'homme va vous expliquer. Un neuropeptide est un neurotransmetteur cérébral, c'est à dire un machin dans le cerveau qui transmet des bazars à des trucs via des bidules genre chimiques, biochimiques ou autre brol du style. Z'avez compris maintenant ? Bien. Alors des chercheurs qui font dans la recherche - et qui sont d'ailleurs très recherchés - ont découvert quelque chose d'intéressant dans le cerveau des mouches. Naaan ? Si ! Ils ont trouvé que chez les mouches à qui on empêchait de copuler, non seulement le taux de neuropeptides F était particulièrement élevé mais qu'en plus celles-ci avaient comme une tendance à consommer en grandes quantités des aliments imbibés d'alcool. En d'autres mots, privées de relations sexuelles, elles sombraient dans la boisson. Ou vulgairement dit, chez les mouches, si tu baises pas, tu bois. Sait pas pourquoi, mais en lisant ça, l'homme n'est pas vraiment tombé de sa chaise. N'a pas vraiment été étonné, le mec. Because chez lui, ben... c'est exactement la même chose. Toujours été, d'ailleurs. Avec la difficulté supplémentaire qu'après un certain nombre de boissons alcoololoholisées, même s'il a l'occasion ben... il n'a plus envie, le gars. Neuropololopeptides ou non. Et lui a pas fallu de savantes études pour devenir un savant sachant ça, hein. Quoi ? Qui est-ce qui a dit, là-bas au fond, qu'il devait lui-aussi avoir un cerveau de mouche ? Non mais, un minimum de respect, hein ! Ah bon !     

13:35 | Commentaires (1) |

Commentaires

Oui, j'ai lu ça aussi ! Et ça m'a bien fait rigoler ! ça m'a rappelé un jour, de retour des courses, un vendredi après journée, avec le Paternel quand il était encore mon mari. Nous ne consommions de l'alcool que le WE: une bouteille de vin de fruits, et une bouteille de vin. Et le vendredi, au retour des courses, on buvait la bouteille de vin de mûres... C'était vachement bon ! Le signal de la fin de la semaine... Et ce soir-là, début d'été, il y avait l'une ou l'autre mouche dans la pièce, et après la première moitié de la bouteille et l'un ou l'autre pétard, nous nous sommes mis à observer une mouche (mal baisée sans doute) qui aspirait, l'une après l'autre, les quelques gouttes tombées sur une espèce de latte en bois posée sur la table. Et elle marchait sur le fil de la planche et plus que régulièrement elle culbutait sur la table, se payait un roulé-boulé, et remontait sur la latte pour continuer sa soûlographie...
Je savais que les mouches sombraient dans l'alcool, mais je n'en avais pas encore l'explication !
Ah, je me sens plus intelligente aujourd'hui !
Pauvres bêtes va !!!!

Écrit par : Moi | 20/03/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.