29/02/2012

Empreinte

 5953-empreinte-dans-le-sable-3.JPG

Avant que l'homme ne débarque d'abord dans la vie et puis dans l'appart de Jade, elle a vécu quelques années, deux-trois dans ces eaux là, toute seule. Alors parfois, quand elle est distraite, rêveuse ou absorbée dans ses pensées, ben il lui arrive encore de se saisir quand soudain l'homme sort de la salle de bain ou surgit dans la cuisine. N'a pas encore tout à fait l'habitude d'avoir un mec full-time dans ses meubles, la petite frangine. C'est que la solitude, ça laisse comme une empreinte. Certe pas indélébile, mais qu'on efface pas non plus du jour au lendemain. Et cette empreinte, l'homme, lui aussi, la porte en lui. Ainsi, quand parfois il lui arrive de se dire, à certains moments, sporadiquement, maintenant si j'étais seul je ferais ceci ou cela, ben très vite, quasiment instantanément, il sent à nouveau la morsure glaciale de la solitude. Presque physiquement, tellement elle est vive. Heureusement, aussitôt balayée par une onde de chaleur : Dieu merci, je ne suis plus seul, Jade est là. Et du coup, l'homme n'a plus envie de faire quoi que ce soit tout seul.    

 

 

 

21:56 | Commentaires (0) |

28/02/2012

Temps

 

bourre2.GIF

Quoi ? Ben non, l'homme n'a plus rien écrit. Depuis des jours y a plus rien qui sort de son stylo à bille, de son clavier à zerty (aaah elle est fine, celle-là...), de sa tête à claques. Est à la bourre que c'est pas possible, le mec. A dix réunions au programme, cette semaine. Trois rien qu'aujourd'hui. En combinaison avec ses mails, qu'il n'a plus le temps de lire, son boss, qui magouille avec un agenda caché que c'est pas possible, et ses projets, qui lui foutent une pression bête, ben ça fait qu'il n'a plus le temps de lire, de penser, de philosopher, d'écrire ou de faire quoi que ce soit d'autre. Et que, quand il a le temps, ben il s'écrase devant la télé, avant d'en écraser tout court. Pffff, on pourrait croire qu'à un âge où la majorité de michetons glandouillent à domicile, à la pêche ou au golf, se les roulent à l'aise en pension, en pré-pension, en chômage, voire en congé de maladie because marre de bosser, ben chez l'homme c'est tout le contraire. N'a jamais été autant sollicité, demandé, pris, réquisitionné, emmerdé, l'homme. Alors, en attendant que ça se calme, ben côté littérature, on repassera... 

13:46 | Commentaires (2) |

23/02/2012

Noirceur

 

traversee-du-desert.jpg

Y a des moments où l'homme n'en a rien à cirer de ce qu'il a, de ce qu'il n'a pas, a eu ou aimerait avoir. Où il n'a rien à cirer de rien. Où il n'a plus envie de parler, de penser, d'espérer, de se souvenir. Et s'il a encore envie de quelque chose, c'est de fermer les yeux, la porte et sa gueule. D'éteindre la lumière. De s'étendre dans le noir. Et d'oublier. Oublier qui il est, a été, aurait aimé être. Oublier qu'il vit, qu'il a vécu et que demain peut-être il ne vivra plus. Et donc, d'abord est venue l'angoisse. Ce tesson de bouteille qu'une main invisible lui retourne dans le dos du coeur. Puis la colère. Immense et incendiaire. Contre tout. Mais surtout contre cette vie qui finira immanquablement par finir. Contre cette fin qui le laissera à coup sûr sur sa faim. Contre cette voix à l'intérieur qui ne cesse de gueuler encore encore et ce corps qui ne cesse de gueuler qu'il est fatigué, qu'il en a marre de bouger, qu'il a mal partout. Ce soir Jade n'est pas là. Et tant mieux. Il est des noirceurs contre lesquelles même une femme ne peut rien. Ni même l'amour. Il est des ténèbres qu'on ne peut traverser que seul.    

21:06 | Commentaires (1) |

21/02/2012

Rotterdam

 

3231380187_faa5883553.jpg

Si l'homme s'est pas trop cassé les noix à écrire plein de trucs sur son blog ces derniers jours, c'est because il s'est tapé un weekend prolongé à Rotterdam. Avec Jade, of course. Jade qui a d'ailleurs pris le volant, vu qu'elle vient de recevoir une toute nouvelle BM de société et qu'elle est complètement schlass de son nouveau joujou tout étincelant, pimpant et tout. Et donc l'homme, de son fauteuil côté passager, a eu tout le loisir de l'observer. Et ç'a été une expérience fascinante. Vous connaissez Shiva et ses j'sais pas combien de bras, ben quand Jade roule, c'est pareil. Et je tapote sur le GPS, et je branche mon MP3, et je chipote à la radio, mais où est ma pré-sélection ? j'avais pourtant pré-sélectionné mes postes et où y sont mes postes ? et je trifouille dans mon sac t'as pas vu mon sachet de bonbons à la menthe, et je m'allume une sèche, et je GSM via le bluetooth, et où est mon tube de baume pour les lèvres j'ai les lèvres toutes sèches moi, et je me prends un chewing-gum, et je m'en débarrasse dans un kleenex, tu me sors un kleenex s'il te plaît chéri, là dans la boîte à gants, et tu me passes la bouteille d'eau j'ai comme une petite soif moi, et dommage que j'ai pas pris une pomme, mangerais bien une petite pomme moi, regarde regarde j'ai mis le cruise-control sur 140 et alors la petite loupiote verte s'allume, où ? ben là ! regarde, c'est fou ça hein, et mes lunettes solaires, tu veux bien me passer mes lunettes solaires chéri, elles sont dans l'étui, là quelque part... A tel point que l'homme parfois se demandait si la caisse, ben, elle roulait pas toute seule... Aaah décidément c'est bien vrai ce qu'on dit, les nanas ça peut faire des tas de choses en même temps. L'homme, lui, quand il conduit, ben... il conduit.  

14:32 | Commentaires (1) |

20/02/2012

Nageur

On en connaissait déjà qui marchaient sur l'eau, voila-ti pas qu'y en a qui nagent sur l'asphalte...

nageur.JPG

10:31 | Commentaires (1) |

18/02/2012

Jeu

Allez, un petit jeu amusant, question de meubler un rien ce weekend à la noix. Alors voila : fixez pendant 30 secondes le point rouge sur le nez de la nana, puis regardez vers le mur en clignant les yeux rapidement et sans interruption... z'allez être méchamment surpris du résultat, c'est l'homme qui vous le dit. Et non, c'est pas un piège à cons... Surprenant, vraiment...

Girl 2.JPG

 

 

10:26 | Commentaires (4) |

16/02/2012

Recul

 

6239974603_940d9ce4e6.jpg

Si avec une frangine, en tant que mec, tu veux absolument avoir raison, t'as tort. Si contre une nana tu veux absolument gagner, t'es perdu. Naaan, sur ce coup c'est pas de la philosophie à cinq balles qu'il essaie de vous fourguer vite fait, c'est la réalité telle que l'homme la connaît. Et vu le nombre (considérable) de balais que l'homme se paie et le nombre (un rien moins considérable, mais tout de même... tout de même...) de nanas qu'il s'est payé, l'homme, sur ce coup, est en droit de dire que, niveau relationnel, il sait de quoi il cause. A comme de l'expérience, le gars. De l'expertise. Et donc quand il regarde en arrière et analyse avec le recul le pourquoi du comment que ça se fait que ça a foiré avec tant de frangines, alors que l'homme est quand même spirituel, intellectuel et sensuel, voire même à l'occasion humoristique, sympathique et empathique, et aussi relativement bien membré en situation, bien ambré en saison et bien cambré à l'occasion, il ne peut que conclure que la seule erreur qu'il ait commise, et par ailleurs toujours la même, est qu'au lieu de faire des concessions, il a tiré la gueule, au lieu de faire contre mauvaise fortune bon coeur, il a râlé dans son coin, au lieu de faire dans le léger, il a été lourd. Et ça, avec les nanas, faut pas faire. Au contraire. Les frangines veulent du fun, de la tendresse, de la protection. Faut les faire rire, leur dire je t'aime et se taper le Delhaize quand elles sont fatiguées. A moins de ça, t'oublies.        

14:48 | Commentaires (2) |