31/01/2012

Ultrasons

 

contraceptif_masculin.jpg

Paraît qu'aux Etats-Unis ils étudient une nouvelle forme de contraception pour les mecs. Comment ? Ben sont parvenus à détruire les spermatozoïdes de rats au moyen d'ultrasons. Aaah c'est pas de la toute belle avancée ça ? Pas de produits chimiques à ingurgiter, plus besoin de s'entuber le zizigouillard dans des machins en caoutchouc ou de se faire couper au niveau des noix, non non, enfin une méthode simple, propre et non invasive. L'homme dit bravo. Alors le système est tout simple : les testicules des rats ont été placés dans une solution saline chauffée à 37°C, qui sert à assurer la conductivité des ultrasons. Deux séances de 15 minutes en l'espace de 48 heures et salut bonsoir, bye bye les bestioles à têtes chercheuses. Et c'est justement ici que se pose le problème. Non mais c'est vrai, vous voyez d'ici le tableau, les mecs, le callebard sur les chevilles, les burnes trempées dans un bol d'eau salée en train de se les faire vibrer aux ultrasons... Alors ultrasons ultrasons, je veux bien... mais surtout ultra con, non?

16:55 | Commentaires (0) |

29/01/2012

Energie

 

realite-augmentee1.jpg

Alors voila, l'homme a pris une nouvelle résolution : celle de ne plus vouloir à tout prix convaincre les autres qu'il a raison. Non mais vous vous rendez compte du temps qu'on passe à essayer, à propos de tout et de rien, de persuader sa nana, son boss, ses potes et plein d'autres michetons et frangines que nous, nous sommes dans le bon et que eux il sont à côté de la plaque. Toute cette énergie qu'on flambe à leur démontrer par A + B qu'ils devraient se rallier à notre opinion, partager notre point de vue, prononcer ces mots tout simples : ok, nous sommes d'accord avec toi. C'est pourtant pas compliqué comme phrase : suis d'accord avec toi. C'est pourtant pas imprononçable! Pas déshonorant! Pas dégradant! Eh ben faut croire que si. Quoi que nous disions, fassions, pensions, y en a toujours tout plein qui sont contre, qui disent le contraire, qui font l'inverse, qui pensent autrement. C'est que beaucoup ne perçoivent de la réalité que ce qu'il leur convient de percevoir et ne croient que ce qu'ils ont envie de croire. Que ce soit correct ou pas, relevant ou pas, vrai ou pas. Et donc, toute tentative de leur ouvrir les yeux est vouée à l'échec. C'est pourquoi l'homme, désormais, ne prendra plus la peine de discuter. Et encore moins de se disputer. Il acquièscera et n'en pensera pas moins. Il est déjà suffisamment difficile de trouver la vérité pour soi-même, si en plus il faut encore la partager...       

12:56 | Commentaires (1) |

26/01/2012

Projet

 

3337438-le-d-labrement-des-villes-isol-es-fen-tre-blanche-mod-le--id-al-pour-insertion-image.jpg

Vu son état d'ancienneté, de vétusté et d'insalubrité, il est clair que l'avenir de l'homme, point de vue boulot, est derrière lui et qu'il a intérêt, question de pas claquer complètement gaga, à se trouver vite fait l'un ou l'autre projet qui puisse l'emballer et le convaincre que ça vaut encore la peine de sortir de son pieu le matin, autrement que pour aller aux cagoinces. Alors voyons voir les options. Faudrait quèque chose de pas trop intello, because n'a plus vraiment le drive pour s'essorer les méninges sur des machins trop compliqués qui feraient que l'énerver. Quèque chose de pas trop physique non plus. Because a mal au dos, aux épaules, aux genoux et en général à tout ce qui dans son corps bouge, tourne, s'articule et rotule. Quèque chose de pas trop social non plus. En a marre des michetons, des frangines et de leurs histoires à la con dont il n'a rien à cirer et qu'il n'a pas envie d'entendre. Bon, ben, ça limite un rien les choix, non? Aaah il pourrait devenir homme au foyer. Aller peinard au Delhaize et pèpère au marché, éplucher les patates, faire de la soupe, cuire la bouffe, essuyer la vaisselle, enlever les poussières, nettoyer les vitres, lire son journal le matin en trempant sa croûte dans son cawa, s'endormir à midi dans le canapé, aller au parc jeter du pain aux canards l'après-midi. Yeeee !!! Enthousiasmant ça, hein, comme perspective. De la toute belle action, ça. Aaah, en parlant d'action, y a aussi le bénévolat. Beau ça, le bénévolat. Mais il entend déjà les commentaires, qu'est-ce qu'il vient encore foutre ici, ce vieux con, à courir dans le chemin, serait mieux à l'hospice, non mais c'est vrai quoi, place aux jeunes, merde. D'autant que, connaissant l'homme, il ne pourrait s'empêcher de ronchonner sur tout ce qui ne va pas, ne ressemble à rien et qu'on devrait changer. Parce que moi, môsieur, avant, je faisais dans le management, moi, et donc je sais de quoi je cause, moi... Ouais ouais, pépé, cause toujours, tu m'intéresses... Non non, pas facile de trouver quèque chose de motivant, d'exaltant et de palpitant quand justement le palpitant ne palpite plus vraiment comme avant.   

16:45 | Commentaires (3) |

24/01/2012

Réception

 

dyn008_original_800_599_jpeg__5bad82f3dfe89e5464a0c13af8468f33.jpg

Hier, réception pour le management de la boîte où l'homme bosse. Que du beau monde. On cause. Il apprend plein de trucs dont on aurait dû l'informer et qu'on ne lui a pas dit. Y a plein de machins qui se passent et qu'on lui a caché. Plein de choses qui sont organisées et où il n'a pas été invité. Evité, qu'il est, au lieu d'invité. Des promos sont prévues pour cette année et il est clair que les grandes manoeuvres ont commencé. Et comme l'information c'est le pouvoir, ben, plus personne ne dit rien à personne. Chacun se retire sur ses terres et magouille dans son coin. Et en plus, cette année, on va restructurer. Encore une fois. Faire plus avec moins. Encore une fois. Because y a pas de pognon. Encore une fois. Et comme justement l'homme s'occupe de gestion et d'informatique, il sait beaucoup de choses. Surtout les choses qu'il faut pas savoir. Les dysfonctionnements. Les incohérences. Les failles. Les mégas projets qui ont coûté la peau des fesses et qui par incompétence, par manque de persévérance, de détermination, on atterri à la poubelle. Avec pertes mais sans fracas. Etouffés discretos. Ni vu ni connu. Sauf de l'homme. Et ça, ça dérange évidemment. Because y a des choses qu'on ne peut pas dire. Parce que ça mettrait en lumière les faiblesses de certains. Leur manque de courage. D'éthique. De valeurs. Leur irresponsabilité. Leurs copinages aussi. Les protections dont certains jouissent. Résultat, l'homme se sent un rien isolé. Découragé. Las. En a un rien marre, du panier de crabes. Devrait peut-être revoir ses priorités.   

13:21 | Commentaires (2) |

22/01/2012

400

 

mur.jpg

400, c'est le nombre d'ovules qu'une femme produit au cours de sa vie. Pas des masses, hein. Sûrement pas par rapport aux millions de spermatozoïdes que les mecs fabriquent et peuvent balancer chaque jour. Une disproportion qui explique bien des choses. Qui fait que les nanas sont, de nature, plus attentives, plus sélectives, plus réservées avant de s'envoyer en l'air avec un micheton. Du moins quand les choses deviennent sérieuses. Qu'elles veulent se ranger, se caser, qu'elles jouent la sécurité. C'est aussi ce qui explique la tendance qu'ont les mecs à faire feu à volonté. Pourquoi se gêner, les munitions sont inépuisables. Même si au bout du compte ça épuise. Mais ça c'est une autre histoire. Aaah le monde aurait été bien différent si le contraire s'était produit. Si les hommes ne pouvaient jouir que 400 fois dans leur vie. N'envoyer la sauce que 400 fois et puis fini le feu d'artifice. Pour toujours. Ce seraient les frangines qui chasseraient tous azimuts, style amazones, walkyries et autres créatures du genre, et les michetons, la proie conviée, enviée et disputée. Ce qui, à première vue, serait pas mal. Voire même assez confortable. Disons même jouitif, si ce n'était là justement le noeud du problème. Car être en permanence entouré de toute part de tentations plus voluptueuses les unes que les autres, et en même temps constamment en proie au doute - la nana vaut-elle bien la peine de brûler une de mes précieuses cartouches, ou pour le dire plus plastiquement, le pieu en vaut-il ma chandelle (mmmwwoouuahahaha,  pas mal ça, hein, pour un dimanche matin...) - ça doit tout de même être hyper stressant aussi. Et donc, à bien y réfléchir, l'ordre des choses, tel qu'il est, n'est pas aussi mal foutu que ça.

11:11 | Commentaires (2) |

19/01/2012

Différentes

 

foule-nue-%C3%A0-la-mer-Morte.jpg

L'homme se souvient de cette réflexion que lui avait faite une petite frangine, y a déjà quelques temps, et qui ne comprenait pas pourquoi les mecs veulent coûte que coûte sauter toutes les nanas qu'ils trouvent sur leur chemin, alors qu'en fait, contrairement aux zizis des hommes, où y en a de toutes les sortes, des grands, des petits, des gros, des maigrichons, des droits, des courbés, des circoncis, des pas circoncis etc, le sexe des femmes, à quelques détails près, étaient tous les mêmes. Bref, pourquoi changer si c'est partout la même chose. Aaah, déconcertant comme remarque, non ? D'après l'homme, si les mecs changent parfois de crèmerie, ben, c'est pas pour le sexe. Car qu'est-ce qui suscite l'envie, chez les michetons, hein? Ben, c'est les yeux des frangines, leurs lèvres, leur sourire, leur voix, leurs paroles, leurs intonations, leurs gestes, leur odeur, leur parfum, leurs attitudes, leurs cheveux, leur charme, le grain de leur peau, l'élégance de leur démarche, le galbe de leurs formes, leur féminité, leur intelligence (si si), leur humour (si si), leur esprit (si si) et plein d'autres choses encore, indéfinissables et indéchiffrables, et pour lesquelles, c'est simple, il n'existe pas de mots. C'est tout ça qui éveille leur désir. Et pas nécessairement - et sûrement pas uniquement - ce qu'elles cachent derrière la soie de leur Aubade, La Perla ou Marie-Jo. Et c'est pour ça que les mecs le font. Que ce soit pour un one-night-stand ou qu'ils doivent faire la cour pendant trois mois, peu importe. Et quand ils possèdent une femme, bien plus que leur sexe, c'est tout ça qu'ils ont le sentiment de posséder. Du moins, pendant un moment. Car bien souvent, après l'euphorie de la conquête, c'est plutôt eux qui sont possédés. Par plein de trucs. Selon les circonstances, par la passion, par l'envie, par la jalousie, par le remord, par le regret, par la peur, ou un mélange de tout ça. Maintenant, pour en revenir au petit triangle des Bermudes des nanas, l'homme vous le dit, et sur ce coup il parle d'expérience, les frangines sont toutes pareilles, sauf qu'y en pas deux les mêmes... mmwwouaaahahahah... m'escuse... 

09:47 | Commentaires (2) |

17/01/2012

Ecrire

 

tourner-en-rond.jpg

Quoi ? Ben non, l'homme n'a plus rien écrit ces derniers jours. Pourquoi ?  Ben, a comme l'impression d'avoir tout dit, de se répéter, de radoter, d'écrire en rond... Aaah bien sûr, il pourrait écrire plein de trucs, genre qu'il a depuis hier une armoire flambant neuve pour ses fringues et ses papelards chez Jade, qu'aujourd'hui il a eu plein de boulot et pas le temps, que ce midi il a bouffé un sandwish boulettes/mayonnaise et autres conneries de la même eau, mais ça ne peut être le but. Y a deux sortes d'écritures. Y a ceux qui écrivent ce qu'ils font et y a ceux qui écrivent ce qu'ils sont. Peut-être l'homme a-t-il fait le tour de ce qu'il est. 

21:02 | Commentaires (4) |