26/01/2012

Projet

 

3337438-le-d-labrement-des-villes-isol-es-fen-tre-blanche-mod-le--id-al-pour-insertion-image.jpg

Vu son état d'ancienneté, de vétusté et d'insalubrité, il est clair que l'avenir de l'homme, point de vue boulot, est derrière lui et qu'il a intérêt, question de pas claquer complètement gaga, à se trouver vite fait l'un ou l'autre projet qui puisse l'emballer et le convaincre que ça vaut encore la peine de sortir de son pieu le matin, autrement que pour aller aux cagoinces. Alors voyons voir les options. Faudrait quèque chose de pas trop intello, because n'a plus vraiment le drive pour s'essorer les méninges sur des machins trop compliqués qui feraient que l'énerver. Quèque chose de pas trop physique non plus. Because a mal au dos, aux épaules, aux genoux et en général à tout ce qui dans son corps bouge, tourne, s'articule et rotule. Quèque chose de pas trop social non plus. En a marre des michetons, des frangines et de leurs histoires à la con dont il n'a rien à cirer et qu'il n'a pas envie d'entendre. Bon, ben, ça limite un rien les choix, non? Aaah il pourrait devenir homme au foyer. Aller peinard au Delhaize et pèpère au marché, éplucher les patates, faire de la soupe, cuire la bouffe, essuyer la vaisselle, enlever les poussières, nettoyer les vitres, lire son journal le matin en trempant sa croûte dans son cawa, s'endormir à midi dans le canapé, aller au parc jeter du pain aux canards l'après-midi. Yeeee !!! Enthousiasmant ça, hein, comme perspective. De la toute belle action, ça. Aaah, en parlant d'action, y a aussi le bénévolat. Beau ça, le bénévolat. Mais il entend déjà les commentaires, qu'est-ce qu'il vient encore foutre ici, ce vieux con, à courir dans le chemin, serait mieux à l'hospice, non mais c'est vrai quoi, place aux jeunes, merde. D'autant que, connaissant l'homme, il ne pourrait s'empêcher de ronchonner sur tout ce qui ne va pas, ne ressemble à rien et qu'on devrait changer. Parce que moi, môsieur, avant, je faisais dans le management, moi, et donc je sais de quoi je cause, moi... Ouais ouais, pépé, cause toujours, tu m'intéresses... Non non, pas facile de trouver quèque chose de motivant, d'exaltant et de palpitant quand justement le palpitant ne palpite plus vraiment comme avant.   

16:45 | Commentaires (3) |

Commentaires

Eh !
C'est pas encore la bérésina non plus !
Tu sombres dans le patos avant même que quelque chose se soit produit !
Comme avec les nanas quoi !
N'oublie jamais: une porte qui se ferme, c'est une porte qui s'ouvre...
Accroche-toi bien à la poignée hein !
Regarde en arrière et constate, pas la peine d'angoisser à l'avance. La seule porte qui te résistera sera la dernière, et c'est pas pour demain !

Écrit par : Moi | 26/01/2012

Répondre à ce commentaire

Je trouve qu'il n'y a absolument rien de patos dans ces mots.
Au contraire. Je n'y vois que de la lucidité.
Une lucidité intelligente et courageuse.
Et surtout vigilante.

L'homme trouvera, c'est sûr :-)

Écrit par : L | 26/01/2012

Répondre à ce commentaire

Si tu deviens homme au foyer ben laisse toi adopter par un petit chien .....; chouette ça, en plus de toutes les tâches ménagères.
Et, au pire, si tu tombes dans le volontariat, tu peux toujours me faire signe, les pépés ronchons, ça me connait :-) et pour parfaire le tout, ça peut être très motivant, exaltant, palpitant et tout et tout ....
Donc, c'est tout trouvé ! :-)))

Écrit par : Marie L | 27/01/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.