30/12/2011

Bateau

Aaah, les bateaux... le large... les îles... la brise marine... tout laisser derrière soi... partir... Mais attention, hein, faut pas se laisser mener en bateau non plus. Les bateaux, parfois, ça coule... Mais n'empêche, rêver est un devoir...

22:27 | Commentaires (0) |

28/12/2011

Pensée

 

3cs9z3lf.jpg

Journée de deuil pour l'homme. Mais pas de panique, il va pas faire dans le pathos à cinq balles. Juste une réflexion : la vie est une superbe aventure. Dommage que personne n'en sort vivant.

21:31 | Commentaires (2) |

26/12/2011

Sérénité

 

apollo11-3.jpg

L'homme ne bosse pas entre Noël et Nouvel An. Et donc, pour une fois, y a rien qui le rende pressé, empressé, oppressé. Pas de deadlines à respecter, pas de montres ou d'agendas à tenir à l'oeil, pas de rush. Du coup, le temps prend son temps, les journées durent plus longtemps, les heures s'écoulent plus lentement. L'homme lit longuement 1Q84 de Haruki Murakami, boit du thé brûlant, prend de longs bains parfumés. Tout autour de lui, en lui, ralentit. S'apaise. S'adoucit. Une sensation de calme qu'il n'a plus connue depuis longtemps, le remplit. Une mer de la tranquillité, lunaire, astrale, stellaire, baigne en lui. L'impression que tout ce qui, avant, lui filait comme du sable entre les doigts, enfin, s'immobilisait. Que les flots houleux de ses pensées qu'il ne parvenait pas à retenir, à contenir, se solidifiaient. Que le chaos qui se bousculait en lui, soudain s'ordonnait, devenait cohérent, compréhensible. Allez, y a de l'espoir. Pas impossible, qu'un jour, l'homme finisse par comprendre ce que vivre signifie vraiment.        

22:28 | Commentaires (1) |

24/12/2011

Chemins

Dans une vie, tant de chemins qu'on aurait pu emprunter. 

Ou qu'on a emprunté, puis quitté pour d'autres.  

Qu'on a suivi sans aller jusqu'au bout.  

Où on s'est arrêté.  

Où on s'est retourné. 

D'où on est retourné.  

Sur nos pas. 

Pour retrouver d'autres croisées. 

Avec d'autres flèches. 

Vers d'autres destinations. 

D'autres destins.  

Tant de vies possibles. 

Mais un seul parcours pour chacun.

 

10:00 | Commentaires (0) |

22/12/2011

Tristesse

 

crepuscule.jpg

Crise d'asthme. Arrêt cardiaque. Elle est morte, la mère des enfants de l'homme. Il se voyaient encore de temps à autres, elle et lui, à l'occasion d'un anniversaire, d'un baptême ou d'un truc du genre. Sans être particulièrement amis, ils n'étaient sûrement pas ennemis non plus. Elle avait refait sa vie avec un autre, comme tout le monde. Certe, l'homme n'est pas ravagé. Mais il connaît une sorte de tristesse sourde, voilée, crépusculaire. Celle qu'on ressent à la perte d'une femme qu'on a aimée, avec qui on a vécu pendant 25 ans, avec qui on a eu trois enfants, avec qui on s'est disputé, avec qui ça n'a pas marché, et qu'on a quitté, onze ans déjà, La tristesse d'un père dont les enfants viennent de perdre leur maman. Celle d'un père qui comprend la douleur de cet autre père, qui lui, vient de perdre sa fille. Comme chaque année, les petits enfants ont écrit leur lettre de nouvel an pour parrain et marraine. Faudra leur expliquer que marraine est partie. Qu'elle est maintenant une étoile dans le ciel. Un ciel que les feux d'artifices de la fête viendront tantôt illuminer de toutes les couleurs... 

18:44 | Commentaires (4) |

21/12/2011

Nuit

Paraît qu'aujourd'hui c'est le solstice d'hiver. Quèque ça veut dire? Ben, ça veut dire que c'est le jour le plus court de l'année. Quoi? Non, c'est toujours un jour de 24 heures mais il fait nuit plus longtemps. Non mais faut tout vous espliquer ou quoi !? Maintenant, à dire vrai, et même à vrai dire, ça ne dérange pas du tout l'homme. Au contraire, l'homme aime la nuit. Le jour est fait pour les choses qui se font au grand jour. Le boulot, le Delhaize, la poste, la banque et autres trucs à la con de la même eau. Le jour tout le monde sort because il faut sortir. La nuit par contre, quand on sort c'est pour sortir tout court. Parce qu'on aime, parce qu'on veut, sortir. On sort de sa propre initiative, pas parce qu'on doit. Pas pour faire ce qu'on fait le jour. La nuit est faite pour le jeu. Pour les joueurs. Les rouleurs. Les menteurs. Pour les faux cerfs qui aiment les vraies biches. Pour les faussaires qui aiment les vraies bitches (Aaah, sur ce coup, l'homme atteint véritablement le sommet de son art, hein... Non seulement il joue avec les mots, et avec un brio inégalé, mais en plus, en deux langues... Non mais, où s'arrêtera-t-il, hein, où s'arrêtera-t-il ? J'vous le demande, moi...). Non non, le jour, c'est pour de vrai, la nuit, c'est pour de faux. Allez, pour fêter ce solstice de mes deux, l'homme vous cloque vite fait une tite vidéo de Bashung, avec pour titre "La nuit je mens" (pas sûr d'ailleurs que l'homme ne l'ait déjà mis sur son blog par la passé, ce machin... Mais le clip est tellement bon, les paroles tellement super et la musique tellement pfiou, que même s'il remet le couvert, le plat n'en restera pas moins grandiose...).

 

 

07:10 | Commentaires (4) |

19/12/2011

Capitonné

 

matelasse15-3.jpg

Il est des jours où rien n'atteint l'homme. Des jours où il vit dans une sorte d'indifférence ouatée, matelassée, capitonnée, qui ne laisse rien passer de ce qui autrement ne manquerait pas de l'énerver sur le champ. Comme si ses neurones à un moment donné cliquaient sur un bouton "pause", le faisant fonctionner en mode insouciant, lui créant une bulle de quiétude intérieure. Des jours où il est certe présent mais absent. Ainsi ce matin, l'homme ne s'est pas dépêché le moins du monde sous la douche, n'a pas juré nondidju de nondidju quand il a vu sa caisse verglacée façon Cornetto sur le parking, s'est pas excité dans le trafic, n'a pas péter un câble pendant qu'il glandait en attendant ce foutu ascenseur de mes deux qui n'en finissait pas d'arriver, n'a pas râlé parce qu'il faisait comme chaque lundi un froid de canard dans son bureau because les petzouilles du bâtiment allumaient le chauffage beaucoup trop tard, ni même lorsque la réunion prévue a été retardée d'une demi-heure et qu'il n'a pas que ça à faire. Bref, il s'est comporté presque... normalement. Ce qui n'est pas normal. Me ferait pas un petit début de sagesse, le mec? J'espère bien que non.

13:55 | Commentaires (1) |