02/12/2011

Empathie

 

img_848.jpg

Hier. Le bureau de l'homme. Dix heures trente. Premier rendez-vous. Un jeunot qui sort de l'unif, qui vient d'arriver dans la boîte et qui se plaint que sa voix n'est pas assez entendue dans le processus décisionnel. L'homme doit se mordre les lèvres pour ne pas s'esclaffer. Encore un dadais genre ahuri qui croit tout connaître et ne sait rien. Et donc l'homme compatit. Bonne chance mon pote et commande déjà ton kilo de valium à la pharmacie du coin, tu vas en avoir besoin. Midi. Sandwish jambon-mayo. Tellement croquant qu'il lui pète les gencives. Coca light pour faire passer le machin. Treize heures trente, réunion. Projets, budgets, planning pluriannuel jusque dix-sept heures. Tête comme un tram. Ensuite le parking souterrain. La voiture. Trois-quarts d'heure pour sortir de la ville. Puis un demi-heure d'autoroute. Tout ça pour 30 km. Le vent, la pluie, le nez de sa caisse collé au parechoc arrière du petzouille devant lui qui glandouille à du 120. Ses grands phares qui allument plein l'habitacle du mec comme si une grenade venait d'y exploser. Dégage, pas que ça à faire. Pourtant pas du tout le style de l'homme, ça, normalement d'un naturel affable, poli, bien élevé et tout, mais qui, une fois dépassé son quota de stress, a l'amabilité d'une tronçonneuse. Son GSM qui sonne et qu'il laisse sonner. Dix-huit heures trente. Le Delhaize. Demain (c'est à dire aujourd'hui) c'est la manif contre les mesures d'austérité. Des milliers de barjots avec des drapeaux, des sifflets, des pétards et des pancartes viennent squatter la ville, pour protester contre des décisions prises par des mecs pour qui ils ont eux-mêmes votés et qui vont, protestations ou pas, de toute façon les plumer jusqu'à l'os. Comme tout le monde d'ailleurs. Et donc l'homme n'a pas envie de passer sa journée dans les embouteillages et donc il a décidé de rester chez lui et donc il doit acheter à bouffer. Le GSM qui sonnait tout à l'heure, c'était Jade. L'homme la rappelle. C'était juste pour demander ce qu'on allait bouffer ce soir. L'homme n'a pas la moindre idée, n'en a rien à cirer et s'en fout complètement. Prend-moi une pizza, qu'elle dit. L'homme lui prend une pizza. Dix-neuf heures. L'homme débarque chez elle. Il pleut et il est trempé. Fatigué. Exaspéré. Exténué. C'est pas une vie, qu'il lui dit, à Jade. Qui lui répond que la pizza qu'il lui a prise est une pizza jambon-champignon et qu'elle préfère une pizza végétarienne, et qu'il sait pourtant bien qu'elle préfère une pizza végétarienne et pourquoi alors qu'il lui a pris une pizza jambon-champignon et pas une pizza végétarienne, hein? Bref, juste ce qu'il fallait lui dire, à l'homme. Qui lui dit qu'il va dans son appart à lui, un étage au-dessus, juste pour calmer le jeu. Pour respirer, prendre une douche bien brûlante et une bière bien fraîche. Ou deux. Ou trois. Non mais c'est vrai, et ça l'a déjà frappé, l'homme, chez plusieurs nanas qu'il a connues, et il en a connue quelques unes, c'est à certains moments, en certaines circonstances, une curieuse absence d'empathie, un court-circuit niveau jugement, un décalage émotionnel, une appéciation complètement erronée de certaines situations. Attention, hein, c'est pas de la méchanceté ou un truc du genre, pas du tout, mais simplement une incompréhension. Au moment où on en a justement le plus besoin, de compréhension. Bizarres, parfois, les nanas...

08:54 | Commentaires (9) |

Commentaires

.... j'ose ?
J'ose .... en rajouter une couche (j'espère juste que l'Homme est calmé ou qu'il ne sait où je suis : pas envie de me ramasser un truc genre "Bowling for Columbine" ,-)
Bref ...

Les gens avec qui on a de bons contacts, une relation plus que positive (couple, amitié, ...), c'est parce que on partage des trucs : valeurs, activités, mais aussi un certain synchronisme.
Hors donc si TaDame a eu une journée aussi merdique que la tienne, sa capacité à te comprendre, à "empatiser" frôle le zéro.
Comme la tienne d'ailleurs : après une journée pareille, ta capacité à écouter et comprendre frôle, aussi, le zéro.
Alors, quand cela arrive aux deux en même temps ... ben ... les nanas se disent "bizarre, parfois, les mecs : quand on a besoin de compréhension, pfff, aux abonnés absents le gars"

Écrit par : Marc | 02/12/2011

Répondre à ce commentaire

Alors Marc, mon pote, à te lire, j'ai comme l'impression que ta nana elle-aussi lit le blog de l'homme. A mon avis, t'as eu une semaine pas facile avec elle et aujourd'hui, juste avant le weekend, t'essaies de rattrapper la mayonnaise avec un commentaire qui en fait, lui est destiné... Mais pas de problème, si l'homme peut aider, c'est toujours avec plaisir... Naaan, l'homme déconne... et t'as tout à fait raison... la compréhension, l'incompréhension, l'empathie etc, ça vaut dans les deux sens, c'est clair...

Écrit par : Un homme à Marc | 02/12/2011

Répondre à ce commentaire

Ben dis donc, tu as encore ton appart ?
Note que c'est pas mal de se conserver une "chambre aux pommes" pour pouvoir quitter momentanément, sans pour autant faire pèter la barque !
Au fait, elle l'a mangée la pizza ?

Écrit par : Moi | 03/12/2011

Répondre à ce commentaire

Wouaaahahahah... non, elle l'a pas mangée, la pizza... l'a mise au congélateur... s'est réchauffée l'un ou l'autre truc végétarien au micro-ondes... Aaah il faut se les taper, hein, les nanas d'aujourd'hui :-))))

Écrit par : Un homme à Moi | 03/12/2011

Répondre à ce commentaire

Put... ! Grave !
J'ai aussi vécu 13 ans avec un végétarien.
Tout gamin, enfin, jeune ado, il avait participé à une soirée de St Eloi. L'apéro avait été hard, et quand il est arrivé à table, il y avait de la langue de boeuf sauce madère !!! Et la langue tranchée, mais parfaitement dessinée sur le plat de service... Il a eu un haut le coeur. Sa mère l'a forcé à en manger malgré son dégoût. Et ce qui devait arriver arriva, il n'a pas eu le temps de sortir de table !
Une décision s'imposait: soit il arrêtait de manger de la viande, soit il arrêtait de boire de l'alcool.
Tu devines son choix j'imagine...
Et puis, c'est à celle ou celui qui fait les courses qu'il incombe de trouver les bons ingrédients qu'ils accepteront de manger...
Vraiment pas facile de vivre à 2...

Écrit par : Moi | 04/12/2011

Répondre à ce commentaire

Petite correction : Jade n'est pas végétarienne, hein... Au contraire, elle aime bien manger et manger bien... Il lui faut juste ces petits légumes chéris de temps en temps, sans plus... Allez, comme ça vous savez tout... Pfff... dur dur, gérer les commentaires... :-)))

Écrit par : Un homme à moi | 04/12/2011

Répondre à ce commentaire

Ben .... les champi ! C'est pas des légumes !
Ça me gave moi, les partenaires qui s'imaginent qu'on est dans leur tête et qui pensent qu'on va savoir exactement ce qu'ils veulent et quand ils le veulent !
"On mange quoi aujourd'hui, oh on mange ça ... hum pas envie ...."
Et bien va au resto .... ou fait les courses toi même .....
Finalement, on n'est jamais aussi bien servi que par soi même !
Na !

Écrit par : Marie L | 05/12/2011

Sorry pour mes investigations indiscrètes...

Écrit par : Moi | 04/12/2011

Répondre à ce commentaire

Je reviens sur le jeune diplômé aux grandes dents (image hein !)...
Il est vrai que lorsque je suis apparue sur le marché de l'emploi, j'avais une formation générale qui ne menait à aucune qualification ! J'étais modeste, j'observais, j'apprenais, petit à petit, je progressais en douceur...

Mais ce jour, les nouveaux diplômés débarquent, avec leurs bagages, leur savoir, leur conviction de tout connaître, alors qu'ils n'ont qu'un savoir théorique, et quelque part aussi basique que le mien à l'époque.

Un sourire compatissant devrait suffire, mais...

Le titre doit primer sur l'expérience. Enfin, c'est ce qu'ils croient. Laissons-nous traiter de vieux cons, en souriant... N'avons-nous pas fait pareil à nos débuts ???? Ou ne l'avons-nous pas pensé ????

Rien ne remplacera jamais l'expérience professionnelle, et les vieux ont encore de beaux jours devant eux...

Enfin, c'est ce que j'espère...

Écrit par : Moi | 05/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.