09/11/2011

Echelle

 

l_univers_2218.jpg

Hier soir, Jade est rentrée après 23 heures because avait organisé un événement - un "event" comme on dit en espagnol - avec des plumitifs genre journalistes, et ce matin elle s'est levée doïïïnng, comme éjectée du pieu par un ressort direction salle de bain. Le réveil sonnait encore que déjà elle était habillée, maquillée, parfumée, pomponnée, rouge-à-lèvrée, blushée et brushée, alors que l'homme, encore dans le gaz, se demandait toujours où il était, au juste. Et dans la foulée se disait qu'en fait tout ça était complètement absurde. A moitié dans les vapes, il s'est fait la réflexion qu'en fait, tout compte fait, à bien y réfléchir, toute cette vie à se grouiller, à s'exciter, à se démener, à courir, à stresser, à se presser, à s'énerver, à s'agiter, si on met ça à l'échelle de l'univers, hein, par exemple, avec ces milliards de planètes, d'étoiles, de comètes, d'astéroïdes, de systèmes solaires, de galaxies, de voies lactées, ces milliards d'années lumière d'espace intersidéral, ou si on met ça à l'échelle du temps, hein, cette éternité qui est là depuis toujours et le sera à jamais, cette perpétuité sans début, sans fin, sans aiguilles, sans sable dans le sablier, ben, faut bien se rendre à l'évidence que tout ce que nous foutons ici relève de la plus totale insignifiance. De la nullité absolue. A la limite on devrait même se marrer, ce foutre de notre propre gueule, tant c'est dérisoire, ce qu'on fout ici. Et l'homme en est devenu tout calme. Est arrivé à snaise au bureau. Cool. Tout ce qui était tellement urgent, important, grave... l'est soudain devenu beaucoup moins. Non non, mettre les choses dans une juste perspective, ça aide. Du moins jusqu'à ce que le boss débarque, lui aussi comme doïïïnng éjecté de son pieu, pour dire que c'est urgent, important, grave et à faire ASAP. Pffff, pas métaphysique pour un sou, le boss. 

13:36 | Commentaires (1) |

Commentaires

Sur ce, je te propose William Sheller: "Je cours et je me sens toujours tout seul..."
Mais je ne vais pas te filer un lien, à toi de chercher !
Moi, ça me parle et j'adore William Sheller.
Bordel, je voudrais bien courir un peu moi !

Écrit par : moi | 09/11/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.