31/10/2011

Renard

IMG00074 00000.jpg

Aaah quel innommable gâchis que ce magnifique renard, étendu sans vie, sur le bord de la route... L'homme l'a photographié avec son smartphone, par la vitre baissée de sa voiture, alors qu'il était pour la énième fois à l'arrêt, dans une énième file, à la fin d'une énième journée de boulot, sur le énième chemin du retour. Quel douloureux contraste que ce splendide animal, mort, hideusement exposé au milieu du vrombissement assourdissant de milliers de moteurs, dans la puanteur insoutenable de milliers d'échappements, dans les éclats métalliques de milliers de carrosseries rutilantes, lui qui devrait gambader dans la liberté et l'immensité des champs et des forêts, uniquement bercé par la douceur des chant d'oiseaux, le doux bruissement du vent dans les branches feuillues et le murmure des ruisseaux chatoyants doucement dans la pénombre des bois. Alors l'homme a ressenti comme une colère. Mais qu'est-ce que t'es venu foutre ici, hein, le renard ? Pourquoi t'as quitté ta belle nature pour la ville et la fureur et la folie des hommes ? Pouvais pas rester peinard dans ta campagne comme tous les autres de ton espèce, non ? Et puis, comme souvent après la colère, est venue la tristesse. Le dépit, devant tant de beauté gaspillée...

10:38 | Commentaires (2) |

Commentaires

Hélas, c'est monnaie courante... Il faut bien avouer, aussi, que ces jolis animaux deviennent paresseux, ils préfèrent fouiller nos poubelles au lieu de courir après leur gibier !
Au printemps ou au début de l'été, quand je rentre en pleine nuit, je vois les renardeaux sur le parking, fuyant la lumière des phares.
Et en ce moment, il faut aussi jongler avec les freins pour éviter les faisans juste lâchés dans la nature, pour le plaisir des chasseurs.
L'hiver sera un moment de pause pour les cadavres le long des routes...

Écrit par : moi | 31/10/2011

Répondre à ce commentaire

Pourquoi le goupil a-t-il quitté sa belle nature pour venir en ville ?
...
En fait, c'est l'inverse : c'est sa belle nature qui a été transformée en ville par les humains.
Lui, il est "juste" resté sur place.
Peut-être pas un bon plan, mais voilà : chez Sieur Renard aussi, il y a des innovants, des explorateurs et des qui restent même quand le bateau coule ...

Écrit par : Marc | 05/11/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.