30/09/2011

Course

 

18400.jpg

Jade bosse à fond la caisse. Rentre chaque soir d'abord excitée jusqu'à la moelle et boostée façon Duracell par tout ce qu'elle a fait pendant la journée, pour ensuite s'étendre et s'éteindre dans le canapé. Et la nuit elle bosse dans son sommeil. En rêve tout haut. S'en réveille avant son réveil. Et hier elle a dit à l'homme que décidément, pour faire ce métier, on devait être single. Merci pour l'info. Fait toujours plaisir par où ça passe. Et hier aussi, quand l'homme lui a proposé de se faire un petit resto ce vendredi soir, elle a tiré une tête genre pffff, encore! pas envie! Non non, ça fait une semaine qu'elle n'a plus le temps pour rien. Ce qui tombe mal car l'homme, justement, est de plus en plus conscient qu'il faut le prendre, le temps. En particulier, le temps de vivre. Ben oui, il a onze ans de plus qu'elle, il a déjà donné et en est revenu, des mirages. Il connaît cette griserie quand on est pris dans ce maelstrom, ce tourbillon, où tout vous réussit, où tout s'accélère, où on surfe tout en haut de la vague, où plus rien d'autre n'a d'importance. Cette ivresse de se sentir super bien, d'être le meilleur, de marquer des points, de monter en puissance. Mais il sait aussi qu'à un moment donné le maelstrom s'arrête, le tourbillon se fige et la vague s'aplatit. Et il a connu cette hébétude qu'on ressent alors, quand on voit que soudain il ne reste plus rien autour de soi. Ni pour soi. Ni à soi. Quand on réalise qu'on s'est planté dans ses priorités. Qu'on a gommé des pans entiers de sa vie pour des foutaises. Enfin bref, tout ça pour dire que l'homme ces derniers temps a comme l'impression de faire partie des encombrants. De lui taper sur le système, à Jade. De lui courir entre les pattes. De l'alourdir genre ballast. De la freiner. D'être de trop. Pffff, plus la moue que l'amour, cette semaine.

14:03 | Commentaires (1) |

Commentaires

Eh ! C'était pas l'appartement commun qui se dessinait ?
Il te faut rallumer le feu hein ! Le resto, c'est bien, mais tu lui as déjà fait le coup souvent... Faut que tu la félicites, que tu lui offres des fleurs sans raison, que tu ne lui rappelles pas ce qu'elle a déjà vécu, bref, tu dois innover, inventer, réinventer chaque jour qui passe, et charmer... Je te jure, les femmes sont très sensibles au charme de leur HOMME ! Mais il faut qu'il le dégage aussi !!! Tes changements de cravate chaque jour ne la touche pas, elle !

Allez l'HOMME ! Tu vas bien trouver de quoi alimenter ce feu hein !

Écrit par : moi | 03/10/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.