20/09/2011

Semblant

 

faux-semblants-grand-palais-L-3.jpg

Aaah le nombre de fois que l'homme a fait semblant d'être heureux pour ne pas attrister ceux qui l'aimaient. Le nombre de fois qu'il a fait semblant de s'intéresser à des trucs dont en fait il n'avait rien à cirer, juste pour ne pas décevoir ceux qu'il aimait. Et le nombre de fois qu'il s'est fait semblant de s'en foutre, uniquement pour mieux se protéger lui-même, par amour de soi... Faut juste rester attentif, avec tous ces faux semblants, de ne pas se perdre de vue. Car à force de trop vivre en fonction des autres, en fonction de ce que les autres pensent de nous ou, pire encore, de ce que nous croyons qu'ils pourraient penser de nous, ben, on risque de s'égarer, au point de ne plus savoir qui on est réellement. La crise d'identité en plein. L'évanescence de la personnalité. L'évaporation du moi. Et donc, il est toujours bon de ne pas toujours être bon. Et, de temps à autre, d'envoyer bouler le petit monde autour de nous, même si on l'aime bien. Style faut pas pousser, j'ai une vie aussi, moi.   

13:41 | Commentaires (2) |

Commentaires

T'as entièrement raison ! C'est ça ou ..... se laisser bouffer !

Écrit par : Marie L | 20/09/2011

Répondre à ce commentaire

Et oui, c'est une chose que l'on apprend, parfois, dire NON !
Au début, on se sent gros con, mais après, on en tire beaucoup de satisfaction et de fierté, même si on passe pour un(e) méchant(e), un(e) mal baisé(e), un(e) ingrat(e)...

Écrit par : moi | 20/09/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.