15/07/2011

Tension

 

Mesure-hypertension-arterielle.jpg

 

Vu les palpitations cardiaques de son coeur et la tension artérielle de ses artères, l'homme se tape depuis peu une pilule pour calmer son moteur et apaiser sa tuyauterie sanguine. Un bêta-bloquant que ça s'appelle. Un truc qui ralentit le palpitant et dilate là où le sang passe. Aaah tout content qu'il était, l'homme, quand il a lu ça sur la notice d'utilisation, because il aime assez quand certains machins se dilatent chez lui. Et les nanas aussi d'ailleurs. Soit. On va pas insister. Toutefois, et même cependant, un peu plus loin y a marqué qu'un des effets indésirables pouvait être que justement, au niveau du truc dilatoire pas excellence chez les mecs, ben, il pouvait arriver qu'il n'y a plus dilatation. D'accord, c'est un rien contradictoire, qu'un médoc qui dilate plein de bazars chez un individu ne dilate pas ce qui en temps normal se dilate tout seul, mais bon, l'homme n'invente rien, c'est ainsi. Enfin, c'est ainsi, faut voir. Car le problemo ne se pose que dans certains cas. Peu fréquents. Plus d'un sur mille et moins d'un sur cent. Et, bonne nouvelle, pas encore chez l'homme. Mais n'empêche, il se méfie, le gars. Alors, en cas de souci, quelles sont les options ? Soit il prend ses pilules comme un grand : certes il n'atterrira pas en chaise roulante, par contre, niveau yoplaboum, il ne décollera plus non plus. Ce qui est triste. Soit il fout ses pilules à la poubelle : il reste toujours dans la course pour la galipette, ce qui est bien, par contre son aorte, y a de fortes chances qu'il se la pète. Aaah, shakespearien comme dilemme, non? Genre la mort ou l'amour. Style l'hémorragie cérébrale ou l'émo-frangine horizontale (bof, un rien faiblard comme jeu de mots, mais j'ai rien trouvé de mieux. Pouvez toujours envoyer vos suggestions). Alors, au final, quelles sont les priorités, hein ? Les vraies ? Euh... les priorités... euh... les vraies... ouais bon... savez quoi... rien à cirer de ces pilules à la con... allez hop... et je te les cale dans la cuvette, et je te tire la chasse et on en parle plus. Non mais c'est vrai quoi... De toute façon, toutes ces histoires chimiques qu'on avale, ça sait pas être bon hein...            

13:13 | Commentaires (2) |

Commentaires

... "la vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible."
Transmettons, transmettons :-)
Quand bien même on sait qu'elle ne sera plus transmise, ce n'est pas une raison pour s'arrêter d'en prendre plaisir.
Car la vie, c'est aussi le plaisir de vivre, justement ... et se taper une spermathrombose* sous prétexte qu'on vivra, peut-être (c'est même pas certain) un peu plus longtemps, ben ... c'est pas une vie.

* Spermathrombose : néologisme faisant un parallèle avec la thrombose. Le sperme ne pouvant s'écouler par voie naturelle par sous-utilisation de l'organe ad-hoc, fait augmenter la pression jusqu'à créer une fixation pathologique qui induit des modifications comportementales contraire à la morale et aux lois sociales.

Écrit par : Marc | 15/07/2011

Répondre à ce commentaire

Le comble dans l'histoire serait l'hémorragie cérébrale tout en ayant le bazar dilaté à souhait pour combler l'émo-frangine à l'horizontale.... :)

Écrit par : C | 16/07/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire