08/06/2011

Bouffe

 

4070069562_705801a5f0.jpg

 

Ce soir, l'homme est tout seul. Jade dîne avec les VIP de sa boîte, venus tout droit from London, from France et même from Belgium. Bouffent en ville. In Brussels. Ze capitale de la Belgique, de la Flandre, de l'Europe et en plus, et pour le même prix, ze capitale of ze Région de Bruxelles...-Capitale. Naaan ? Si ! Une région qui ne compte par ailleurs qu'une seule ville : Bruxelles itself. Mais attention, hein, pas n'importe quelle ville, non non, une ville multiculturelle. 100% multiculturelle. Tellement multiculturelle qu'on y rencontre pratiquement plus de bruxellois. Bref, une ville aussi ouverte à la multiculture que le Titanic l'était à l'iceberg. Mais restons positif : la multiculture bruxelloise est aussi une richesse. Indiscutablement. Même si cette richesse a un prix. En l'occurrence un état de faillite et de mendicité permanente. Mais bon. Ok, ça va, j'arrête les frais. On est pas ici pour polémiquer. Même si, la polémique, l'homme adore ça. D'autant qu'en plus, c'est très mauvais pour son audimat tout ça. Mais là, l'homme s'en fout. Va pas quand même s'autocensurer lui-même (je sais je sais, l'ai fait exprès) pour quelques petzouilles de plus ou de moins sur ce blog à la con, hein. Ah bon. Bref, tout ça pour dire que l'homme est devant son laptop comme au bon vieux temps. Et comme au bon vieux temps, il s'est aussi concocté une super bouffe de lonesome cow-boy : steak hâché et, dans la même poële, un pot de haricots blancs sauce tomate. Mmmmhhh, bon ça. Burp, pardon. Aaah décidément, un soir tout seul, ça a tout de même du bon. Enfin, de temps à autre. Faudrait pas non plus en faire une habitude, hein. D'ailleurs c'est simple, il ne s'y habituerait pas. La solitude n'est bien qu'à deux conditions : de savoir que l'autre existe et qu'il rentrera à la maison. 

 

PS : L'homme s'excuse pour le mauvais goût de son illustration, mais d'une part, ça fait aussi partie de la culture bruxelloise et d'autre part, c'est pas mal non plus point de vue égalité des sexes : c'est pas toujours le zizi de manneken pis qui doit tenir le devant de la scène, hein. Ah bon. 

21:45 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.