03/04/2011

Immoraliste

 

2392.jpg

L'immoraliste, vous connaissez ? Non, c'est pas une chanson de Gainsbourg, ça c'est l'àquoiboniste. L'immoraliste, c'est le titre d'un bouquin d'André Gide. Que vous ne connaissez pas non plus, je parie. Quoi ? Vous n'en avez rien à cirer ? Bon, d'accord. Alors je continue, pour dire que plus on vieillit et moins on sait de quoi demain sera fait. Et donc plus on a envie de profiter du moment, de se laisser tenter par la satisfaction immédiate, sans trop encore s'embarasser de l'une ou l'autre morale à la con. Prendre ce qu'on ne reçoit pas. Goûter à ce qu'on ne devrait pas. Faire ce qui ne se fait pas. En d'autres mots, y aller de son petit Berlusconi. Même si en l'occurence, vu qu'il y a tout de même comme une différence de pointure, c'est à l'échelle 1/1000e. Non non, face à l'imminente déglingue générale, face aux derniers soubresauts des plaisirs de l'existence, l'ignorance des valeurs morales peut devenir une attitude vachement libératoire, hein. Après tant d'années sacrifiées au sens des responsabilités et du devoir, il arrive un âge où l'irresponsabilité devient un droit. Voire même une obligation. Question de ne pas s'éteindre avant d'être sûr d'avoir tout allumé. 

09:25 | Commentaires (2) |

Commentaires

Si, si, Gide de "Si le grain ne meurt", d'"Isabelle", de "La porte étroite",de "La symphonie pastorale" et des "Nourritures terrestres".

Avec le tableau qui sert de couverture à l'édition Folio des Liaisons dangereuses.

Écrit par : anonymousfocuser | 03/04/2011

Répondre à ce commentaire

merci pour le verrou, j'adore.

Écrit par : isa | 07/04/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.