16/03/2011

Fragile

christophe-dugied-exterieur-nuit-L-1.jpg

Les nuits sans Jade sont difficiles. Les réveils sans elle, fragiles. L'homme a été trop seul. Trop longtemps. Trop souvent. Alors, à chaque fois, il se lève avec plein de fissures au coeur. Et faut pas grand chose pour que tout lui revienne, lui retombe dessus, d'un coup. Ce bout de film où, fièvreux, il fait ses valises. Cette séquence où il pleure, accroupi sous la douche d'un hôtel de passage. Cette scène, en extérieur nuit, où son pas d'insomniaque martèle le macadam mouillé de rues inconnues. Alors il ne lui faut pas grand chose pour que tout, à nouveau, lui semble inutile et vain. La vie, l'amour et tout le reste. Et que, enfoncé dans sa voiture, il lui prenne l'envie, au lieu de prendre la bretelle vers le centre-ville, de ne rien prendre du tout et de continuer tout droit. Jusqu'au bout de l'autoroute. Qu'importe où elle mène, ne s'arrêter que là où elle s'arrête. Surtout si en plus, dans le matin blême, la radio distille des machins tristes, genre ballades. La voix rauque de Rod Stewart qui chante I don't wanna talk about it, how you broke my heart. Flashback sur des femmes qu'il pensait être là pour toujours. Retour en image sur des bonheurs qui auraient pu, qui auraient dû, rester. Arrêts sur image sur des visages qui lui sourient. Tellement de trucs en lesquels il a cru, que parfois, il ne croit plus en rien. 

          

19:40 | Commentaires (3) |

Commentaires

On a tous droit à un p'tit coup de blues de temps en temps...à condition que ça ne dure pas, pas trop longtemps. Juste le temps de se souvenir....
Et puis comme les nuits avec Jade sont plus nombreuses que les nuits sans Jade, les moments de bonheur plus fréquents que les nostalgiques, l'Homme aura tôt fait de reprendre du poil de la bête non?

Écrit par : C | 16/03/2011

Répondre à ce commentaire

Euh... j'ai posté mon machin y a 5 minutes et déjà tu me files un commentaire :-))) Plus vite que ton ombre, toi :-))) Mais c'est bien, sympa et tout....

Écrit par : Un homme à C | 16/03/2011

Répondre à ce commentaire

Pfff .... Arrête, tu m'donnes le bourdon !

Écrit par : Marie L | 17/03/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.