10/03/2011

Amis

37003529salut-les-copains-jpg.jpg

L'homme est un mec qui n'a pas d'amis (et il s'en trouve très bien, merci). Pas que ce soit un choix délibéré, non, plutôt une évolution naturelle. Because les michetons ça l'intéresse pas du tout. Discuter foot, bagnole, boulot, gigabytes, fesse et autres conneries du genre, ben, ça l'emballe pas, l'homme. Quant aux frangines, là, c'est autre chose. C'est mieux, c'est sûr. Sauf que quand t'as une nana avec qui tu t'entends vraiment bien, ben, ça finit tôt ou tard au pieu. Et là rebelote, bonjour les dégâts. Et sur ce coup, l'homme a déjà donné. Merci, non non vraiment, c'est gentil, mais je viens d'en prendre. Et puis les copains et les copines c'est toujours dans le style et je viens chez twââââ et tu viens chez mwââââ et on se fait un restôôôô et on va boire un vèèèèrre, et puis à chaque fin de soirée, au moment des embrassades et des au revoir, de conclure invariablement avec les mêmes non non, vraiment c'était supèèèèr, merciiiii, on va refaire çàààà, et après, une fois seul, de se dire pffff, c'était pas terrible hein, qu'est-ce qu'il nous a gonflé, ce mec, avec ses histoires à la con. Et elle, elle, non mais attend, t'as vu comment elle était fringuée, pffff, et en plus les kilos qu'elle a pris... non non, vachement content de rentrer, moi ou vachement content qu'ils sont partis, moi (biffer la mention inutile). Conclusion : des potes, l'homme n'aime pas trop en avoir dans les pattes.     

19:59 | Commentaires (4) |

Commentaires

Idem dito pour moi, mais dans le sens contraire...Aucune amiE (je n'ai pas d'enfants, du coup je ne les intéresse pas, et elles ne m'intéressent pas non plus à ne parler que de leurs gosses) par contre....des potes, ça ouiiiiiiiiiiiiiiiii !
Ca ne finit jamais au pieu, non, disons que ça commence au pieu, et puis une fois que le tour était fait (au pieu), ça évolue vers une amitié indéfectible.
Personnellement je trouve que les conversations, échanges, sorties avec un ami, c'est toujours plus enrichissant. Une fois l'amitié établie avec un homme, ça devient comme un frère, un alter-ego. Ce que je n'ai jamais pu ressentir avec une femme. Ca m'hérisse toujours quand une femme me parle de sa "meilleure" amie...
Mais bon, elles n'y sont pour rien, c'est moi qui n'ait pas suivi le parcours standard, de là une marginalisation de leur part.

Écrit par : C | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

"ça ne finit jamais au pieu, non, disons que ça commence au pieu, et puis une fois que le tour était fait (au pieu), ça évolue vers une amitié indéfectible"... Aaah j'ai adoré ta petite phrase. Et c'est tellement juste en plus...

Écrit par : Un homme à C | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

Très juste tout ça !
Sauf que parfois, on en a pas assez fait le tour ..... il reste un gout de trop peu et une grosse envie de remettre le couvert :-)))

Écrit par : Marie L | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

Oui Marie L tu as raison, de temps en temps l'envie de... Alors c'est là que l'on a l'occasion de mesurer la véritable étendue du sentiment d'amitié : on résiste, on ne "succombe" pas à une envie passagère, sachant très bien que cela risque de détruire cette amitié.
Et pour finir, cette amitié grandit, grandit, grandit....

Écrit par : C | 12/03/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.