28/02/2011

DJ Bébert

media_l_4055969.jpg

En France, ils ont Sarkozy. On aime ou on aime pas, mais au moins ils ont quelqu'un. En Belgique par contre, y a personne. Et alors que partout au monde les gens manifestent contre leurs dirigeants, en Belgique on manifeste pour en avoir un, de dirigeant. De droite ou de gauche, homme ou femme, hétéro ou homo, flamand ou francophone, socialiste ou libéral, républicain ou royaliste, nationaliste ou belgiciste, on s'en fout, mais au moins qu'on en ait un. Comme ça au moins, on aura quelqu'un contre qui protester la prochaine fois. C'est pas trop demander tout de même, non ! Heureusement, heureusement, on a encore toujours un roi. Ze king Bébert II. Et un peuple tout bonard, qui se marre et qui fait la révolution... des frites. Et donc, dans la foulée, et sans se fouler d'ailleurs, l'homme vous sert un petit clip génial, justement avec ze king Bébert en pleine action. Allez, citoyens et citoyennes, chers compatriotes, cliquez-moi vite fait sur ce lien http://experience.mtvnhd.com/530c53 , vous m'en direz des nouvelles.

08:15 | Commentaires (3) |

25/02/2011

Parti

A défaut de partir vers des destinations exotiques, vers des plages de sable blanc et des mers coralliennes, de partir pour de bon, pour toujours et même à tout jamais, de partir genre Christophe Colomb à la découverte de terres lointaines et inconnues, l'homme, lui, est parti à... Spa. Avec sa petite valoche à roulettes, son petit anorak rouge, et ses pompes de marche. Et avec Jade, évidemment. Et demain il va partir à nouveau. Mais cette fois à l'assaut du château de Reinhardstein. Ouais madame, le château de Reinhardstein. Comme un grand, la bouille calée dans un casque en plastique écarlate, les noix écrabouillées dans un harnais de sécurité, les paluches désespérément agrippées à l'une ou l'autre corde à la con, façon descente en rappel, dead ride ou un truc du genre. Pas, mais alors pas du tout, le style de l'homme tout ça. Mais bon, quand faut y aller, faut y aller...  

 

15:50 | Commentaires (2) |

23/02/2011

Apprendre

ecole.jpg

Il est des choses qu'on ne comprend pas. Il est des situations qu'on ne contrôle pas. Il est des rêves qu'on atteint pas. C'est comme ça, point barre. Alors il faut apprendre. A être indulgent. Pour soi-même et pour les autres. A accepter sa condition et ses limites. Et aussi à vivre avec ce qu'on a et tel qu'on est. D'autant que niveau alternatives, ben, c'est pas la joie. C'est apprendre ou sombrer. Apprendre à être heureux malgré tout, ou sombrer dans la folie ou la dépression. Et donc, ça craint. Déjà que l'homme à l'école, c'était pas la gloire. Je le sais, j'étais assis au même banc que lui. Tout derrière, au fond, près du radiateur. Tout comme je sais qu'il n'a jamais, mais alors au grand jamais, été le premier de sa classe non plus. Sauf à la récré. Mais ça compte pas. Conséquence : pas évident pour lui d'apprendre. Surtout qu'à présent c'est pas l'aurtografe, les matématics ou la géografille qu'il doit apprendre, mais à devenir raisonnable, calme, philosophe. Et dans la mesure du possible, sage. Sage dans le sens de sagesse mais aussi dans le sens d'être sage, obéissant. En particulier aux lois immuables, inéluctables, et particulièrement détestables, de la vie, qui fait qu'on naît, qu'on grandit, qu'on devient adulte, qu'on décrépit et puis qu'on claque. Et si les trois premiers trucs sont plutôt bien, les deux derniers par contre, le sont nettement moins. Aaah décidément, pour l'homme, c'est pas gagné cette histoire. 

16:53 | Commentaires (0) |

21/02/2011

Boyard

ford%20boyard.jpg

Alors Jade, comme elle est marketing ménagère ou manager ou un truc du genre, elle organise aussi pas mal d'événements avec séminaires, nuitées, bouffes, drinks et tout le toutim dans des bigs hôtels pour les bigs clients de sa big boîte et est donc, à son tour, un big client de ces bigs hôtels, qui à leur tour organisent des événements pour leurs big clients à eux, dont Jade, et donc Jade aussi est régulièrement invitée à des événements dans ces bigs hôtels. Pfiou... pas évident à expliquer tout ce bazar, hein. Mais bon. Z'avez pigez ? Suivez toujours ? Bien. Alors continuons, pas que ça à faire, moi. Résultat des courses, Jade et son partenaire, c'est à dire, à savoir, en fait l'homme, sont invités le weekend prochain à un séjour à Spa. D'accord, c'est bien, c'est chouette, c'est sympa et tout mais z'ont aussi organisé un espèce de jeu, style chasse au trésor, dans l'un ou l'autre château du coin. Et si l'homme a horreur d'une chose c'est bien de ce genre de singerie où une bande de loufs doivent trouver des morceaux de parchemins cachés dans des coffres planqués dans des oubliettes perdues dans des donjons, pour former un puzzle qui contient une phrase en latin avec un chiffre arabe écrit à l'encre invisible, et donc qu'on sait pas lire, mais qu'il faut multiplier par la taille du slip de la sentinelle qui défend le pont-levis, parce qu'il constitue le mot de passe secret pour entrer dans la chambre secrète où se trouve le trésor secret, mais qui, attention, est protégé par un dragon qu'il faut vaincre avec un sabre en plastique, qui lui, est planqué derrière le troisième flambeau à droite quand on rentre, mais qui sert à rien parce qu'il faut chercher avec les yeux bandés, et que si on trouve pas, on est éliminé et jeté dans les douves. D'accord, l'homme a toujours précieusement cultivé, et cultive encore toujours d'ailleurs, son côté gamin, voire sale gamin, mais faut pas non plus confondre ça avec de l'infantilisme sauce gnan-gnan, hein. Des trucs à la fort Boyard, l'homme trouve ça plutôt fort connard.  

11:11 | Commentaires (1) |

18/02/2011

Eau

entrer des mots clefs

Étude de l'Institut Pasteur
Étude pratique et surprenante

EAU


Un verre d'eau enlève la sensation de faim pendant la nuit pour presque 100% des personnes au régime comme le démontre l'université de Washington.
Le manque d'eau est le facteur N° 1 de la cause de fatigue pendant la journée.
Des études préalables indiquent que de 8 à 10 verres d'eau par jour pourraient soulager significativement les douleurs de dos et d'articulations pour 80% des personnes qui souffrent de ces maux.
Une simple réduction de 2% d'eau dans le corps humain peut provoquer une incohérence de la mémoire à court terme, des problèmes avec les mathématiques et une difficulté de concentration devant un ordinateur ou une page imprimée.
Boire 5 verres d'eau par jour diminue le risque de cancer du colon de 45 % et peut diminuer le risque de cancer du sein de 79% et de 50% la probabilité de cancer à la vessie.
Bois-tu la quantité d'eau que tu devrais, tous les jours ?

Pas beau ça, ce que Jade, toujours attentionnée et aux petits soins, vient tout juste d'envoyer à l'homme ? Aaah, tout ému qu'il en est, le mec. Et elle a raison en plus. Faut boire beaucoup d'eau. Et le plus souvent possible. Because c'est bon pour tout. D'ailleurs l'homme n'a pas attendu ce message pour passer à l'action, hein, faut pas croire. Surtout quand on sait que la bière, mine de rien, c'est tout de même composé de 90% d'eau, hein. Ah bon. Non non, ça fait belle lurette que l'homme se soigne. Seulement il ne le savait pas, c'est tout... Fou ça, hein ?

11:33 | Commentaires (3) |

16/02/2011

Différence

zallpxp3.jpg

Aaah, l'angoisse et la peur c'est pas la même chose, hein. Faut pas confondre. La peur c'est franc, ça attaque à visage découvert. Y a une cause et des effets. Un début et une fin. C'est quand le pneu éclate alors qu'on est à fond la caisse sur l'autoroute et qu'on se retrouve, le coeur dans les tempes, arrêté sur la bas-côté, tremblant mais indemne. C'est quand le moteur de l'avion prend feu et que le zinc, après un attérissage d'urgence, s'immobilise en bout de piste. L'angoisse par contre, c'est tout à fait différent. C'est existentiel. Transcendantal. Irrationnel au point qu'on peut être parfaitement heureux et pourtant, soudainement être submergé de partout par une lame de fond écumante de mille lames, de rasoirs celles-là, surgie de nulle part. C'est la confrontation brutale avec l'insupportable idée d'un jour ne plus être. De disparaître dans un néant à tel point que c'est comme si on avait jamais été. Mais en même temps, cet abîme béant embrase aussi, à chaque fois, un gigantesque et inassouvible appétit de vivre. Ici, tout de suite et tout à fait. Une fringale d'être et d'exister, immédiatement et totalement. Une voracité de carnassier. Tout laisser tomber et partir. Le moment même. Pour des aventures irresponsables, inavouables, impardonnables, inacceptables. Sans penser une seconde à l'après, aux conséquences, aux destructions ou aux lésions. Celles qu'on pourrait infliger aux autres et celles qu'on pourrait s'infliger à soi-même. Goûter la vie telle qu'elle est, originelle, brute, monolithique. Et donc pas coupée avec quelque forme de prudence que ce soit, ni frelatée par quelque forme de sagesse ou édulcorée par quelque forme de retenue. Sauvage et sans concessions. Pour une fois. Quelques instants. Quelques heures. Un jour. Une nuit. Avant de revenir à l'ordinaire. De reprendre le fil du quotidien. De la banalité. Mais personne n'ose. Et l'homme est comme tout le monde. 

15:13 | Commentaires (1) |

14/02/2011

Cadeau

Aaah la Saint-Valentin c'est chouette, c'est mignon et tout, mais attention hein, faut pas croire pour autant que c'est festif pour tout le monde. D'abord y a ceux qui doivent faire la fête, because autrement ça va être leur fête à eux. Et donc, pour éviter un grabuge annoncé, c'est la bouffe aux chandelles obligatoire. Faut ce qu'il faut, la paix a un prix, point barre. Puis y a les faux-jetons, qui ont les jetons et qui font donc la fiesta avec leur régulière même si, quelque part dans leur tête, trotte une pensée émue pour cette autre nana avec qui ils ont déjà fêté la Saint-Machin juste avant, ou avec qui ils vont la fêter juste après. D'accord, c'est beurk beurk beurk, mais parfois y a comme des circonstances atténuantes. Parfois y a pas le choix. Because c'est encore trop tôt pour larguer les amarres. Ou y a pas encore certitude, because entre les deux mon coeur balance. Et donc pas le moment de couper des ponts. Alors le foie gras et le champagne, ben, c'est plutôt genre prime d'assurance, question d'assurer ses arrières en cas de coup dur. Ensuite, y a ceux qui n'en ont plus rien à cirer, qui n'en ont rien à foutre, même à faire semblant, et qui fêtent rien du tout. Ce qui au moins à l'avantage d'être clair pour tout le monde. Et enfin y a les vrais, si si, ils existent, qui sont vraiment amoureux et qui fêtent leur amour exclusif avec leur amoureuse unique. Mais là aussi, il reste un petit côté artificiel et absurde. Celui de fêter l'amour, alors que l'amour en soi est déjà une fête... 

Allez, assez de conneries, l'homme vous file vite fait un p'tite vidéo en cadeau... Et qu'est-ce qu'on dit ? Merci monsieur L'Homme. Ah bon...   

 

12:41 | Commentaires (2) |