10/02/2011

Bagarre

dispute-oreillers.jpg

Bagarre dans l'appart d'à côté, occupé par un couple de jeunots avec encore plein de lait maternel dans les narines. Et c'est le gars qui gueule "ta gueule" à sa copine (pfff, quel manque de classe...) suivi d'un "dégage, retourne chez ta mère" (pfff, quel manque d'originalité...). Et c'est la nana qui pleure et qui, entre deux sanglots, murmure des trucs incompréhensibles. Du moins pour l'homme. Car chez son Jules le bredouillage de la frangine lui fait à chaque coup péter les décibels. Mais bon, l'homme ne s'est pas alarmé outre mesure. Un barjot au verbal explosif restera toujours moins dangereux qu'un taciturne qui sans rien dire, ce qui est logique puisque c'est un taciturne, chope un couteau dans le tiroir de la cuisine pour te larder le bide à la sournoise. Enfin bref, au bout de deux heures, le silence est revenu. Armistice. Et qui sait, peut-être bien à l'horizontale. Genre non mais qu'est-ce qu'il nous arrive hein, je t'aime moi, et si on faisait un enfant. Quoi qu'il en soit, niveau bagarre, pas du tout le même style que quand eux, Jade et l'homme, bataillent sabre au clair. Là, tout ce passe en sourdine. Ainsi cette fois, au resto, où c'est jade qui dit tout de go que parfois, entre eux, elle a l'impression qu'y a comme la routine qui s'installe. Déjà. Que parfois, lui, l'homme, regarde plus en direction de la télé que dans sa direction à elle. Déjà. Que parfois, certains soirs, il ne parle presque pas. Comme s'il n'avait plus rien à dire. Déjà. Et c'est l'homme qui marmonne, les dents à peine desserrées, que décidément les nanas c'est toutes les mêmes. Que ça fait qu'idéaliser. Qu'il ne peut donner plus que ce qu'il a et qu'il est, et que si ça suffit pas, ben, elle n'avait qu'à en commander un autre, de micheton. Résultat, une fois de retour sur le parking de là où ils habitent, c'est elle qui rentre chez elle, une larme furtive sur la joue, et c'est lui qui gggrrrmmmpppffffgrrr s'en va faire le tour du quartier question de refroidir son moteur. Et après monter chez lui. Et dormir chez lui. Tout seul et sans elle. Na. Besoin de personne. Non mais attend. Mais c'est lui aussi qui dès le lendemain est devant sa porte à elle. Et qui l'embrasse. Et qui dit qu'il a été con. Qu'il n'avait rien pigé du message. Et c'est elle qui répond que s'il y en a une qui s'est conduite comme une idiote, c'est bien elle. Et c'est eux qui finissent entre les draps. Et qui font comme s'ils faisaient un enfant.         

10:30 | Commentaires (2) |

Commentaires

Chacun sa tactique pour mettre du sel dans le quotidien ... la preuve.

Écrit par : sugoisugoi | 11/02/2011

Répondre à ce commentaire

et pour mettre le poivre ?

;-)

bon ok, je sors.............=>

Écrit par : isa à sugoisugoi | 12/02/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.