28/01/2011

Scanner

3812489284_ecfa3fe9fe.jpg

L'autre soir, l'homme poussait sa charrette au Delhaize du coin because devait absolument acheter de la crème glacée. De la crème glacée ? En plein hiver ? Est fou ce mec, ou quoi ? Ben non. Devait se faire arracher une dent le lendemain et donc, après, pouvait rien bouffer de chaud pour pas que ça saigne. Alors, voyez d'ici la joie et la bonne humeur qu'il dégageait autour de lui, le mec. Lorsque, quèque part à hauteur du rayon des cervoises, absinthes et autres hydromels, voila-ti pas qu'une bonne femme le prend soudain par le bras et lui envoie un truc dans le genre : vous savez qu'en scannant vous-même vos achats, vous enlevez le boulot des caissières? L'homme l'a regardée comme s'il venait de rencontrer un zombie. Non mais c'est vrai, après une journée de boulot où il s'est fait entuber de tous les côtés, et avec en perspective le jour d'après où il va se faire charcuter les gencives, c'est pas vraiment le moment d'entamer avec lui un débat sur la dialectique marxiste dans les supermarkets. Trrrrès mauvais timing pour les redresseuses de torts, les emmerdeuses à mort et les jeteuses de sorts de tout bords qui se croient appelées à changer le monde à tout bout de champ. Non mais attend, y a marqué "syndicat" sur son front ou quoi ? Y a brodé "révolution" sur son costard ou quoi ? Y a la bouille de Che Guevara sur sa cravetouze ou quoi ? Pense pas, hein. Aaah évidemment, l'homme aurait pu se laisser aller et lui lâcher une canonnade dans le genre de non mais de quoi je me mêle, hein mémé, avec mon petit panier à la con, mes 200 gr de chipolata, ma petite botte de poireaux et mon petit anorak qui sent les choux à 100 mètres à la ronde? Z'avez pas autre chose à foutre qu'à me gonfler les noix ou quoi ? Aaah, ça lui aurait fait vachement du bien, ça. Mais l'homme est trop poli, bien élevé, éduqué et tout. Et donc il a passé son chemin en haussant les épaules. Et d'ailleurs, point de vue caissière, y en a aussi une à la caisse réservée aux scanners, non ? Alors, il est où, le problème, hein ?           

13:09 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.