16/01/2011

Avant

obscur-283155.jpg

Maintenant, en cette fin de weekend, l'homme sait pas comment il a survécu avant. Avant Jade. Deux années pleines de samedis et de dimanches sans parler. Sans entendre personne. Sans attendre personne. Des jours sans fin. Sans espoir. Sait pas comment il n'est pas devenu fou, le mec. Ou dépressif profond et valiumisé jusqu'à la moëlle. Ou délirant et alcoolisé jusqu'aux narines. Doit être une sorte d'espèce de miracle, qu'il s'en est sorti indemne, de la solitude. Du silence. De cette liberté totale, que tellement de gens envient, mais que le vide rend insoutenable. Au point qu'on ne bouge plus. Qu'on ne respire plus. Qu'on ne vit plus. Trois nuits et deux jours comme pétrifiés. Momifiés. Non non, rien que d'y penser, l'homme angoisse grave. D'autant que, contrairement à tant d'autres, même dans l'euphorie du présent, il n'oublie pas les affres du passé. Et que mieux que quiconque il sait le temps qu'il faut pour construire un bonheur et la rapidité avec laquelle on le perd. 

20:47 | Commentaires (4) |

Commentaires

HEIN ? QUOI ??????
Comment ça tu sais pas comment tu as survécu ???? Non, mais je rêve là ! Pince-moi, dis-moi que je vais me réveiller, que j'ai pas lu ce que je viens de lire !
Hé, Ho, Si t'es pas devenu fou, dépressif profond, valiumisé jusqu'à la moëlle, délirant et/ou alcoolisé jusqu'aux narines, c'est grâce à N O U S !
Non, mais !!!!! :-)

Écrit par : C | 16/01/2011

Répondre à ce commentaire

C'est juste... M'escuse :-)))))

Écrit par : Un homme à C | 17/01/2011

Répondre à ce commentaire

euhhh...je voulais pas le dire, mais je l'ai pensé....
c'est comme ça les chats.....ingrats....
mais bon, vu que j'attends rien non plus, de personne en fait, ben alors tout va bien....

;=)

Écrit par : isa | 17/01/2011

Répondre à ce commentaire

"Le souvenir des bienfaits reçus est fragile, comparé à l'ingratitude."
[Léonard de Vinci]
Ben ouais ...... On t'a peut être aidé à tuer le temps ......
Déjà pas si mal ! :-)

Écrit par : Marie L | 18/01/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.