13/01/2011

Ensemble (bis)

parachute.jpg

Vivre ensemble, vivre ensemble... pas évident, ça (bis). Non mais c'est vrai, maintenant Jade a son appart en bas et l'homme son appart en haut. Juste deux volées d'escalier au-dessus. Quinze ou vingt marches, maximum. Ce qui est tout de même pratique. Because quand on vit ensemble vraiment, pour de vrai et pour toujours - enfin pour toujours, faut voir, disons pour longtemps, ou du moins un bout de temps -, ben, y a plus de sortie de secours, hein. Les mauvais jours, les jours d'emmerdes au boulot et de stress dans les bouchons, où quand on rentre on a juste envie de causer à personne, juste d'avoir la paix. Les jours de blues, de spleen, de cafard, où on ne demande qu'une chose, pouvoir se recroqueviller en solitaire dans sa coquille, se retirer en solo dans sa bulle, se gommer, couché façon foetus au fond de son pieu, jusqu'à ce que ça passe. Les jours où on a besoin de se retrouver, de se reconstruire, de se remettre en phase avec soi-même, sans devoir répondre à des "et quèsqu'yaaaaa ? et ça va paaaas ? et quèsqu'yspaaaasse ? et t'es fâchéééé ?". Ben, ça fait quand même quelques jours, hein, où quelque part on est bien content d'avoir comme un abri, un territoire, une enclave rien qu'à soi. Peut-être même que c'est pour ça que Jade et l'homme se sentent tellement bien ensemble. Because ils savent qu'ils sont safe. Qu'en cas de crash ils ont toujours leur point de chute et leur petit parachute à portée de main. Question d'atterrir en douceur. Non non, super confortable ça, comme idée.        

17:15 | Commentaires (2) |

Commentaires

Oui mais.... que se passe(ra)-t-il si (tous) les bons jours de l'un tombent pile poil avec (tous) les mauvais jours de l'autre ?? Quand l'un veut rester dans sa tannière et l'autre aller faire la fête ? Quand l'un veut rester seul alors que l'autre... ?

Écrit par : C | 15/01/2011

Répondre à ce commentaire

Euh... alors y a comme un souci... Ou peut-être qu'alors c'est tout simplement parce qu'on est pas fait pour vivre ensemble...

Écrit par : Un homme à C | 15/01/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.