08/12/2010

Compensation

compensation-greek-fail-small-demotivational-poster-1251775364.jpg

Le moment où l'homme lave ses Calvin Klein dans son lavabo à grands coups de Persil Power Gel est toujours un moment privilégié. Un moment d'intense réflexion. De profonde introspection. De vraie humilité. Aaah l'homme et ses callebards, un retour aux sources. Tout ça pour dire que, hier soir, l'homme a lavé ses slips. Et donc que, comme d'habitude, ses pensées se sont évadées. Ont papillonné. Et soudain ont atterri. En particulier sur la notion de compensation. Puisque beaucoup de nos actes, de nos actions, de nos réactions sont des formes de compensation. Adler, vous connaissez ? Naaan, vous connaissez pas. Alors esplication. Adler est une sorte d'espèce de psychologue, psychiâtre ou un barjot du genre, qui a développé toute une théorie sur le phénomène de la compensation. Selon laquelle chacun compenserait ses infériorités, ses manquements, ses déficiences par un comportement se situant tout à fait à l'opposé. Et le gars prend en exemple la marmaille. Très bon exemple par ailleurs. Because c'est vrai, les enfants se sentent, à juste titre, intellectuellement, physiquement et socialement, inférieurs aux adultes en général et à leurs parents en particulier. Alors ils compensent. Et drôlement. C'est pour ça qu'ils veulent toujours jouer les petits chefs. Se transforment à tout bout de champ en mini-tyrans. N'en font qu'à leur tête. Bref sont super chiants.

Alors ici, l'homme commence un autre paragraphe. Pour dire que les adultes, ça compense aussi. Par exemple, c'est la femme qui compense un sentiment d'infériorité par rapport aux hommes par un comportement dominateur, genre femme phallique (pas fatale, hein, phallique), style virago, amazone et autres mégères. C'est le mec dominant et conquérant dans la vie réelle qui, une fois le soir venu, se laisse dominer et humilier dans toutes sortes de jeux sulfureux style sado-maso, aïe ça fait mal, oui oui je te lèche les talons aiguilles. Et l'homme dans toute cette histoire, qu'est-ce qu'il compenserait, hein ? Voyons voir. S'il aime écrire c'est peut-être parce qu'il ne trouve pas toujours les mots pour le dire. S'il se marre tellement en-dehors, c'est peut-être parce qu'il est tellement sombre en-dedans. S'il est tellement rose à l'extérieur, c'est peut-être parce qu'il est tellement noir à l'intérieur. Et s'il porte des Calvin Klein, c'est peut-être pour compenser inconsciemment quèque chose niveau zizi, hein, qui sait ? 

Ici, l'homme commence un troisième paragraphe, juste pour répondre à cette dernière question : qui sait ? Et juste pour dire que, peut-être, il ne porte pas du tout de Calvin Klein, l'homme. Qu'il écrit ça rien que pour la frime. Parce que ça passe mieux qu'un callebard de chez Zeeman. Et donc allez savoir...   

12:14 | Commentaires (3) |

Commentaires

L'homme semble avoir un attachement sans faille et sans relache a ses CK qui ont une place preponderante dans pas mal de ses posts ... et la on part dans l'intime intime ...
le lavage "a la main" !!!! pour que le soutien reste optimum - opti"male"- ? ;o)
la machine n'est elle pas en mesure d'assurer ce boulot ? et en plus quand il lave il pense ... ahahha
j'aime beaucoup ce post ... tres tres drole mais tres touchant aussi.
ah lala on va avoir un post developpe sur l'anima et l'animus bientot, c'est bien parti

moi j'attends ca avec impatience ...
enfin quand meme c'est pas de la lingerie fine les CK ... ?

Écrit par : sugoisugoi | 08/12/2010

Répondre à ce commentaire

la poche kangourou, très important la poche...

:=)

Écrit par : isa | 08/12/2010

Répondre à ce commentaire

Parait aussi que parler de soi à la troisième personne ça compense grave... :)

Écrit par : C | 10/12/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.