20/09/2010

Nous

BG26.jpg

Alors l'autre jour, l'homme était chez Jade, qui elle était au téléphone avec son fils, et qui s'entend dire, comme ça, au cours de la conversation "qu'est-ce que tu fais demain, tu passes chez nous ?". Et juste après c'est Jade, tout étonnée, qui fait cette réflexion à l'homme : non mais t'as entendu ce que je viens de dire moi, j'ai dit "chez nous"... Ben ouais... Son chez moi d'avant est devenu maintenant un chez nous. Aaah évidemment, quand on vit en couple depuis un certain temps, on ne s'arrête plus à ce genre de détail. On dit chez nous, comme on respire. Rien de plus naturel, de plus neutre. Mais quand, comme pour Jade et pour l'homme, on a par la force des choses bien dû dire "chez moi" pendant quelques années, ben, les mots "chez nous" prennent tout à coup une toute autre dimension. Deviennent soudain tout imprégnés d'une sorte de chaleur, d'une sensation de feu ouvert, le soir, quand dehors il neige. Non non, la solitude c'est un peu comme le feu. D'un côté ça peut méchamment faire mal, mais d'un autre côté ça purifie. Because on apprend, ou réapprend, certaines valeurs. On découvre, ou redécouvre, ce qui se cache véritablement derrière les mots. Des mots de tous les jours, tout cons et tout courants, mais dont le sens, avec le temps, avec l'habitude, avec la routine, a tendance à s'évaporer. Maintenant attention hein, l'homme ne va pas tomber non plus dans l'eau de rose à cinq balles la bouteille familiale ou dans la guimauve sentimentale ou dans la sucrerie affective. Le gars n'est pas encore tout à fait ramolli du melon, hein. Il sait aussi que dans certaines relations, certains (h/f) donneraient cher pour avoir un chez moi à la place de leur chez nous. Voire un autre chez nous à la place de leur chez eux.

11:33 | Commentaires (2) |

Commentaires

Bravo, votre blog est en manchette de blogs.skynet.be et en home de www.skynet.be :-)

Écrit par : Julie | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Bravo pour ton succès !
Quand au commentaire sur "chez nous", il me semble un rien surfait.
J'ai comme l'impression que la phrase sonne faux, comme si .... elle avait été préparée ....
Personnellement, je n'utiliserais pas cette formulation pour savoir si mon fils passe nous voir ou, mange avec nous !
Enfin, tout dépend du message que l'on veut faire passer et à qui !

Écrit par : Marie L | 20/09/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.