03/09/2010

Pas top

banal.jpg

Hier soir, l'homme ne se sentait pas top. Plein de barjots qui lui avaient pompé son air, plombé son azur, poissé sa bulle. Plein de machins qui auraient dû fonctionner et qui n'ont pas fonctionnés, mal fonctionnés, dysfonctionnés. Plein de trucs qui auraient dû être décidés et que des indécis ont laissé dans l'indécision. Et en plus, Jade chez elle, fatiguée, et l'homme chez lui, fatigué aussi. Et donc vulnérable. Et seul. Avec ses hantises, ses tentations et ses faiblesses. Bref, ces Soeurs de la Solitude qu'il connaît bien et qu'il retrouve à chaque fois qu'un silence de cloître envahit son appartement. Se demande comment, par quel miracle, il a survécu tous ces soirs, toutes ces semaines, tous ces weekends, tous ces mois, toutes ces saisons, toutes ces années, sans devenir fou. Sans se couper une oreille. Bref, ce matin il était mal. Avait mal. A eu toutes les peines du monde a sortir son costard du placard. A descendre sur la ville. A s'affaler à son bureau. Faut dire qu'un petit coup de mindfulness l'a bien aidé. Se dire que les pensées et les émotions ne sont rien d'autres que des phénomènes de l'esprit. Et qu'en tant que tels, ils naissent de nulle part et disparaissent vers nulle part. Juste observer qu'ils sont là et les regarder passer comme des nuages dans le ciel. Méditer, que ça s'appelle. Et dans cette affaire, l'homme devient de plus en plus doué. Commencerait bien une petite pratique, comme ça, à ses heures.

15:26 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.