01/09/2010

Inchangé

texte3.JPG

Aaah c'est fou ça, ce petit texte. Pas qu'il soit particulièrement génial ou original ou amusant, non non, ce qui est fou, c'est ce qui se cache derrière. Surtout quand on sait que l'homme a écrit ce machin quand il avait... 18 ans. Une époque bénie. Celle où il se prenait à la fois pour Brel, Brassens et Baudelaire. M'escuse du peu, hein, peuchère ! Un poète maudit, qu'il serait. Plein de spleen, d'absynthe, d'opium et de sexe. Bon d'accord, ce qu'il est devenu, c'est pas tout à fait ça. Par contre, même si la vie a fait de lui tout autre chose, ça l'a tout de même un rien bousculé, de constater qu'en soi, ben, il était resté inchangé. C'est vrai, à l'intérieur, il est resté pareil. Pas changé d'un poil. A tel point que ce texte, il aurait pu l'écrire hier. Tous ses thèmes, toutes ses peurs, toutes ses obsessions s'y retrouvent déjà : la finitude, la solitude, la fragilité des choses, les leurres qu'on s'invente pour survivre. Bien sûr, chacun évolue. Le fil de nos jugements se fait moins acéré. La trempe de notre âme se tempère. Notre verbe s'adoucit. Mais le noyau dur de notre être, celui qui fait qu'on est qui on est, lui, il demeure inaltéré. Saisissant, ça.

16:26 | Commentaires (1) |

Commentaires

Eh ben dis donc, c'est tout toi ça ! :-)))

Écrit par : Marie L | 02/09/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.